Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2019 6 16 /11 /novembre /2019 09:40

 

La foule était nombreuse autour du Monument aux Morts.

 

C'est évidemment une cérémonie emblématique, mais il faut souligner ce qui a fait aussi le moteur de ce succès : les enfants des écoles venus chanter la Marseillaise avec leurs enseignantes. Ils étaient là avec parents et/ou grands-parents. Ils ont pu lire le poème "La liberté" qu'ils n'avaient pas pu lire le 6 octobre pour le centenaire de l'inauguration du Monument. Souhaitons que plus grands, ils se souviennent du chemin de Monument et prennent la relève de ceux qui se souviennent.

 

Il faut également souligner la présence de nos sapeurs-pompiers et surtout celle des jeunes sapeurs-pompiers que vous avez pu remarquer en casque orange. Ces derniers préparent ainsi la relève de leurs ainés. Sachez que la caserne de Pagny forme, sous la houlette de Dimitri Lamotte, chef de centre, la première année des cadets sapeurs-pompiers : ils sont 18 dépendant des secteurs de Vaucouleurs et de Void. Les 2ème et 3ème années de formation se déroulent dans les casernes de Void et Vaucouleurs.

Une foule nombreuse / Les enseignantes Knoéry et Gauché, présentes avec les enfants / les sapeurs pompiers
Une foule nombreuse / Les enseignantes Knoéry et Gauché, présentes avec les enfants / les sapeurs pompiers
Une foule nombreuse / Les enseignantes Knoéry et Gauché, présentes avec les enfants / les sapeurs pompiers

Une foule nombreuse / Les enseignantes Knoéry et Gauché, présentes avec les enfants / les sapeurs pompiers

 

Mon introduction à la cérémonie avait pour thème le premier 11 novembre en 2019. Le voici :

 

Le 6octobre, nous commémorions le centenaire de l’inauguration de notre Monument aux Morts.

 

Aujourd’hui, ce 11 Novembre est le centième anniversaire de ce premier  11 novembre. Le 11 novembre est une des grandes dates de la vie commémorative française. Jour de mémoire, c'est aussi la mémoire d'un jour, celui de l'Armistice de 1918.

 

Le 11 novembre 1918 marque la fin des combats de la grande Guerre

Ce 11 novembre 1918, à cinq heures, l'Armistice est signé à Rethondes, en forêt de Compiègne. Il met fin aux hostilités de la Première Guerre mondiale sur le front occidental. Entrant en vigueur à la 11ème heure du 11ème jour du 11ème mois, il est valable pour 36 jours et peut être prorogé.

 

Au front alternent des scènes d'émotion, de joie et de fraternisation à l'annonce du cessez-le-feu. La liesse déferle sur la France, tandis que retentissent les coups de canon que Clemenceau a ordonné de tirer.

 

Au Palais Bourbon, à 16 heures, Clemenceau lit les conditions d'armistice, salue l'Alsace et la Lorraine et rend hommage à la Nation.

 

Ce "jour de bonheur" ne peut faire oublier à l’ancien combattant, revenu à la vie civile, l'expérience tragique et le message dont il est porteur. Il importe en effet que le courage et les sacrifices des soldats durant ces quatre années de guerre restent dans chaque mémoire. Aussi peut-on dire que ce sont les anciens combattants qui vont imposer peu à peu le 11 novembre comme une fête nationale.

 

Le 11 novembre 1919 est un 1er anniversaire et une journée d'hommage bien discret. Une seule cérémonie est organisée dans la chapelle des Invalides en présence du maréchal Foch. Cette même année, deux journées commémoratives avaient déjà marqué les esprits :

 

- Le 14 juillet 1919, on fête la Victoire et la Paix dans le faste et dans la liesse. Cet hommage est rendu aux combattants, aux vivants comme aux morts ; Clemenceau a voulu que ce soit "leur" jour. À Paris, mille mutilés précèdent le défilé victorieux des armées alliées, qui passent pour la dernière fois sous l'Arc de Triomphe, devant une foule innombrable. Un cénotaphe édifié sous l'Arc reçoit, dans la nuit du 13 au 14, l'hommage du peuple aux morts pour la patrie.

 

- Le 2 novembre 1919, premier Jour des morts depuis le retour de la paix, de nombreuses cérémonies symboliques sont organisées. Le Parlement a voulu que les morts fussent glorifiés dans toutes les communes de France, le même jour à la même heure. Moins qu'une journée de cérémonies officielles, ce 2 novembre est plutôt consacré aux hommages individuels des mères, veuves et orphelins, dans les cimetières et les nécropoles du front.

 

Voici pour l’année 1919, il y a 100 ans.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog du maire de Pagny sur Meuse
  • : Mon quotidien et le reste, en fonction du temps disponible, de l'humeur et de ce qui peut être écrit.
  • Contact

Recherche

Liens