Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 octobre 2021 5 01 /10 /octobre /2021 16:02

Ci-dessous unextrait de l'arrêté préfectoral n° 2021-2405 du 1er octobre 2021 portant obligation du port du masque sur le territoire du département de la Meuse dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus covid-19.

 

Port du masque du 1er octobre au 5 novembre 2021
Partager cet article
Repost0
26 septembre 2021 7 26 /09 /septembre /2021 10:30

 

Les masques, cela n'a rien à faire au sol.

 

Incivilités : STOP
Partager cet article
Repost0
16 juin 2021 3 16 /06 /juin /2021 16:56

Paris, le 15 juin 2021

Monsieur le Maire, Cher collègue,

Après de longs mois où l'urgence et l'imprévisibilité ont dominé notre quotidien, notre pays semble aujourd'hui reprendre la maitrise sur la pandémie. Si elle est encore fragile, cette nouvelle étape constitue un réel tournant porteur d'espoir pour nos concitoyens, mais également pour l'ensemble des maires qui ont joué un rôle indispensable tout au long de cette crise.
C'est pourquoi nous tenions à vous adresser personnellement un message à la fois simple et sincère : Merci. Merci à vous et à vos équipes.

MERCI d'avoir préservé la cohésion sociale de notre pays, au moment où la peur du lendemain et le creusement des inégalités mettaient à l'épreuve les conditions de notre vie commune. La connaissance fine par les maires de leur territoire a permis de maintenir un lien avec nos concitoyens les plus vulnérables et de répondre avec réactivité aux situations d'urgence.

MERCI d'avoir maintenu la permanence des services publics essentiels. Animés par le sens de l'intérêt général, les élus et les agents territoriaux ont garanti la continuité des services indispensables à la Nation : distribution d'eau, ramassage des déchets, accueil scolaire des publics prioritaires, ... Grâce à votre action, des milliers de travailleurs essentiels ont ainsi pu accomplir leurs missions pour le bien du pays.

MERCI d'avoir assuré la solidité de nos institutions démocratiques dans ces temps troublés, en redonnant toute sa valeur au mandat représentatif par votre proximité, votre disponibilité, votre pragmatisme. En affirmant majoritairement votre attachement au maintien des prochains scrutins, vous permettez en outre une respiration démocratique indispensable à la Nation.

Si la crise a permis de mettre en lumière les forces de notre pays à travers son réseau de communes, elle a aussi mis au jour les dysfonctionnements profonds qui entravent son développement. Durant ces longs mois de gestion de crise, vous nous avez régulièrement fait part de vos critiques et de vos propositions afin que nous tâchions d'orienter la stratégie du gouvernement. Il est désormais temps de tirer tous les enseignements de cette période et de dessiner avec vous des perspectives de long terme.

Il nous apparait tout d'abord indispensable d'avancer vers une plus grande décentralisation des politiques publiques. L'État central ne peut plus faire seul, ne doit plus faire seul. Outre le transfert de nouvelles responsabilités, l'expérience des derniers mois a prouvé que laisser aux maires le soin d'adapter les décisions aux réalités locales était un gage puissant d'efficacité de l'action publique. C'est particulièrement vrai en matière de santé ou de culture, où la prise en considération des spécificités de chaque territoire et le travail d'accompagnement effectué par les maires sont des atouts précieux.

Il conviendra également d'ouvrir rapidement le chantier du rééquilibrage des relations entre l'État et les collectivités locales, basé sur la confiance mutuelle. Les communes ne peuvent plus accepter d'être les sous-traitantes de l'Etat central, comme ce fut trop souvent le cas durant cette crise. Il ne s'agit pas d'opposer l'État aux communes mais bien au contraire de définir clairement les responsabilités de chacun. C'est également vrai pour le couple maire-préfet, tant vanté ces derniers mois, qui n'est efficace que lorsqu'il se fonde sur le respect des compétences de chacun.

Enfin, il faut sans attendre engager une négociation sur les moyens attribués aux communes pour assurer pleinement leurs missions. A la baisse des dotations, à la disparition progressive de toute autonomie fiscale, à l'émergence de prétendus contrats qui sont autant de contraintes, s'ajoute désormais le risque de faire supporter aux finances locales un coût démesuré par rapport à leur impact sur la crise. Cette menace est d'autant plus dangereuse que les communes peuvent être les moteurs de la relance en alimentant l'économie locale. La période impose au contraire d'offrir de nouvelles libertés fiscales et financières aux communes.

Ces revendications seront au cœur de notre action et nous savons pouvoir compter sur votre précieux soutien pour faire entendre notre voix, particulièrement dans ces prochains mois qui seront décisifs pour l'avenir de la France et de ses communes.

Aussi, tenions-nous à vous assurer de notre pleine détermination et de notre fidèle dévouement au service des maires de France et de notre Association.

 

André LAIGNEL

François BAROIN

1er Vice-Président de l'AMF

Président de l'AMF

Partager cet article
Repost0
16 juin 2021 3 16 /06 /juin /2021 09:36

 

Face à la canicule, notre santé est en danger lorsque la température extérieure est plus élevée que la température habituelle. La chaleur fatigue, elle peut entraîner des accidents graves et même mortels, comme la déshydratation ou « le coup de chaud ». D’autre part, la pollution de l’air et l’humidité aggravent les effets liés à la hausse des températures.

 

Ces risques peuvent survenir dès les premiers jours de chaleur.

 

Les jeunes enfants, les personnes malades ainsi que les personnes âgées constituent un public vulnérable face aux fortes chaleurs. Il est donc important de les sensibiliser aux risques et aux dangers de la canicule.

 

La prévention de l’impact de la chaleur doit être anticipée sur l’ensemble de la période estivale et renforcée pendant les canicules. Des gestes simples permettent d’éviter les accidents. Il faut se préparer avant les premiers signes de souffrance corporelle, même si ces signes paraissent insignifiants.

 

Comme chaque année dans le cadre du plan canicule et au regard des épisodes de fortes chaleurs enregistrés en 2020, ci-joint une affiche qui présente les moyens de se protéger en cas de hausse importante des températures.

 

Outre les conseils de prévention habituels, vous y trouverez les numéros et les sites utiles afin d’obtenir davantage d’informations.

Attention canicule
Partager cet article
Repost0
29 avril 2021 4 29 /04 /avril /2021 08:15

 

Une plate-forme pour bénéficier des vaccins en trop et ne pas les jeter, même si vous n'êtes pas prioritaires.

Limiter la perte des vaccins : liste d'attente.
Partager cet article
Repost0
5 avril 2021 1 05 /04 /avril /2021 16:02

 

J'ai retrouvé le texte ci-dessous émanant d'Olivier Becht, député lucide du Haut Rhin, qui donne à réfléchir. Il est à lire sans modération.

Il m'avait été transmis par André Jannot, il y a presque un an.

 



‌‌AURIONS-NOUS LA MÉMOIRE COURTE ?
 
 
 Coronavirus : que nous enseigne l’Histoire ?
 
 Pour ma génération, cette épidémie mondiale est un événement encore jamais connu, jamais vécu.
 
 Pourtant, en discutant avec mes parents, il apparaît que le monde en a déjà connu et pas seulement dans les siècles passés.
 
 Nul besoin de remonter à la peste de 1720, au choléra de 1820 ou encore à la grippe espagnole de l’hiver 1918/1919
 
 D’autres épidémies, ressemblant fortement au Coronavirus ont frappé le monde en 1957 et en 1969.
 
 En 1957, le monde connaît une pandémie nommée « grippe asiatique ». Mon père s’en souvient encore car toute sa famille (père, mère, et les 5 enfants) va alors rester couchée presque sans possibilité de se lever pendant plus de 15 jours. Cette « grippe asiatique » fera 100 000 morts rien qu’en France et plus de 2 millions de morts dans le monde.
 
 En 1969, à nouveau venue d’Asie, la « grippe de Hong Kong » frappe le monde. Elle va faire 31 000 morts en France et 1 million de morts dans le monde.
 
 J’ai retrouvé un article du Journal Libération qui comparaît en 2005 le traitement de la canicule de 2003 avec celui de la « grippe de Hong Kong ».
 
 Voici ce que l’extrait de cet article disait de la situation en 1969 :
 
 « On n'avait pas le temps de sortir les morts. On les entassait dans une salle au fond du service de réanimation. Et on les évacuait quand on pouvait, dans la journée, le soir.» Aujourd'hui chef du service d'infectiologie du centre hospitalo-universitaire de Nice, le professeur Dellamonica a gardé des images fulgurantes de cette grippe dite «de Hongkong» qui a balayé la France au tournant de l'hiver 1969-1970. Âgé alors d'une vingtaine d'années, il travaillait comme externe dans le service de réanimation du professeur Jean Motin, à l'hôpital Edouard-Herriot de Lyon. «Les gens arrivaient en brancard, dans un état catastrophique. Ils mouraient d'hémorragie pulmonaire, les lèvres cyanosées, tout gris. Il y en avait de tous les âges, 20, 30, 40 ans et plus. Ça a duré dix à quinze jours, et puis ça s'est calmé. Et étrangement, on a oublié.» - Fin de l’extrait-
 
 Ce n’était pas au Douzième Siècle, c’était il y a 50 ans ! Étrangement on a oublié.
 
 Encore plus étrange furent les traitements politiques et médiatiques qui en furent faits.
 
 Alors que l’hôpital fait face à une crise sanitaire majeure : afflux brutal de malades, impossibilité de les soigner, mortalité par dizaine de milliers, nul ou presque n’en parle.
 La presse parle à l’époque de la mission Apollo sur la Lune, de la guerre du Vietnam, des suites de mai 1968... mais pas ou peu des dizaines de milliers de personnes qui meurent dans des hôpitaux surchargés. Pire, le monde continue de tourner, presque comme si de rien n’était.
 
 Alors que nous enseigne l’Histoire ?
 
 D’abord et c’est une bonne nouvelle, que nos sociétés en ont « connu d’autres » et qu’elles se remettent de ces épidémies. Malgré la mortalité de masse provoquée par elles, nous n’allons pas tous mourir et la vie gardera le dessus.
 
 Ensuite, qu’en 50 ans, les progrès techniques ont profondément modifié notre société. En 1969 encore la mort de millions d’individus semblait une fatalité alors qu’aujourd’hui elle nous paraît juste inacceptable. Nous attendons de la science qu’elle puisse nous protéger de toutes ces maladies, les vaincre voire peut être un jour vaincre la mort elle-même. Je parle bien sûr pour nos sociétés occidentales car 100 000 morts nous paraissent un choc majeur et inacceptable en Europe ou en Amérique du Nord alors que personne ou presque ne semble hélas s’offusquer que le Palu puisse tuer chaque année un demi-million de personnes en Afrique...
 
 L’Histoire nous enseigne encore que nos exigences vis à vis de l’État ont beaucoup changé. Nous sommes désormais, et c’est le prix de l’État providence, dans une société qui « attend tout de l’État ». En 1969 personne n’attendait de Pompidou qu’il arrête la « grippe de Hong Kong » ou encore organise le confinement de la population pour sauver des vies. Aujourd’hui le moindre accident est nécessairement de la responsabilité d’une autorité publique et si l’on n’arrive pas à un résultat immédiat et satisfaisant, c’est forcément que les élites ont failli. Que l’on soit bien clair, je ne cherche à excuser personne et il est vrai que le niveau des impôts n’est pas le même qu’en 1969 donc le niveau d’exigence peut légitimement être plus élevé. Je pose juste des constats.
 
 Enfin, l’Histoire nous enseigne que la sphère médiatique a beaucoup changé et influence terriblement le traitement des événements. En 1969 les médias étaient encore pour beaucoup sous le contrôle de l’État. Comme on ne pouvait pas arrêter la maladie on n’en parlait quasiment pas. Et la vie continuait tant bien que mal. A l’ère des chaînes d’info continue et des médias sociaux on ne parle plus que de la maladie, du traitement sanitaire, politique, économique. Tout devient très vite sujet à polémique et à scandale. Pire, on a l’impression que notre vision du monde se limite désormais à ce qui défile sur nos écrans. Et comme il n’y a plus que la maladie sur nos écrans on oublierait presque que la vie continue avec ce qu’elle a de plus merveilleux (l’amour par exemple, mais aussi la création, l’innovation...) mais aussi de pire (la haine, la violence, la criminalité, la bêtise...). Bref la saturation de l’info autour de la maladie fait qu’on a l’impression que le monde s’arrête et comme la conscience crée en partie la réalité, il semble vraiment s’arrêter.
 
 Alors vous me direz « autres temps, autres traitements de la maladie et des événements ». Oui, vous avez raison et quelque part heureusement.
 
 Ces enseignements de l’Histoire ne nous obligent pas à traiter les choses comme dans le passé. Bien au contraire.
 
 Mais ces voix venues du passé nous disent néanmoins :
 
 - que les épidémies ont toujours existé et existeront probablement toujours car elles ne sont pas issues de complots de savants fous manipulés par des militaires dans des labos secrets, mais simplement des virus qui font partie de la Nature, au même titre que nous.
 
 - que l’on pourra déployer toute la science et posséder les meilleurs Gouvernements du Monde, il y aura toujours un événement naturel que nul n’avait prévu et que l’on ne pourra pas totalement éviter.
 
 - qu’il faut toujours garder l’esprit positif car l’Humanité s’est toujours relevé de ces épidémies. La France s’en relèvera aussi et cela d’autant plus vite que nous saurons faire preuve de résilience et de fraternité dans l’épreuve.
 
 Essayons donc de ne pas perdre nos nerfs et notre moral rivés sur le compteur des morts qui monopolise nos écrans, restons unis plutôt qu’à accuser déjà les uns et les autres, concentrons nous sur les vies que l’on peut sauver chacun dans son rôle et à sa place, continuons de vivre, d’aimer, d’inventer car ni le monde ni la vie ne se sont arrêtés et profitons peut être, pour ceux qui en ont, d’utiliser le temps pour imaginer le monde meilleur dans lequel nous voudrions vivre à la sortie de cette crise.
 
 Regarder le passé, c’est parfois prendre le recul nécessaire qui permet de mieux construire l’avenir.
 
 Courage et espoir !

 

Partager cet article
Repost0
5 avril 2021 1 05 /04 /avril /2021 15:51

 

J'ai trouvé les messages de cette affiche très parlants.

Les masques et le reste
Partager cet article
Repost0
4 avril 2021 7 04 /04 /avril /2021 16:28

Les gendarmes communiquent :

Pour un télétravail plus sûr
Partager cet article
Repost0
2 avril 2021 5 02 /04 /avril /2021 17:07

Les professionnels indispensables à la gestion de l’épidémie pour lesquels une solution d’accueil doit être proposée :

La liste a été transmise par Monsieur Th DICKELE  DASEN de la Meuse.

 

Je constate que le personnel de mairie n'est pas indispensable à la gestion de l'épidémie. Que les secrétaires prennent sur leurs congés pour garder leurs enfants !!!!

 

  • Tous les personnels des établissements de santé ;

 

  • Les professionnels de santé libéraux suivants : biologistes, chirurgiens-dentistes, infirmiers diplômés d’État, médecins, pharmaciens, sages-femmes, masseurs-kinésithérapeutes ;

 

  • Tous les professionnels et bénévoles de la filière de dépistage (professionnels en charge du contact-tracing, centres de dépistage, laboratoires d’analyse, etc.) et de vaccination (personnels soignants et administratifs des centres de vaccination, pompiers), ainsi que les préparateurs en pharmacie et les ambulanciers;

 

  • Les agents des services de l’État chargés de la gestion de la crise au sein des préfectures, des agences régionales de santé et des administrations centrales, ainsi que ceux de l’assurance maladie chargés de la gestion de crise ;

 

  •  Tous les personnels des établissements et services sociaux et médico-sociaux suivants : EHPAD et EHPA (personnes âgées) ; établissements pour personnes handicapées ; services d’aide à domicile (personnes âgées, personnes handicapées et familles vulnérables) ; Services infirmiers d’aide à domicile ; lits d’accueil médicalisés et lits halte soins santé ; appartements de coordination thérapeutique ; CSAPA et CAARUD ; nouveaux centres d’hébergement pour sans-abris malades du coronavirus ;

 

  • Tous les personnels des services de l’aide sociale à l’enfance (ASE) et de la protection maternelle et infantile (PMI) des conseils départementaux ainsi que les établissements associatifs et publics, pouponnières ou maisons d’enfants à caractère social (MECS), les services d’assistance éducative en milieu ouvert (AEMO) et d’interventions à domicile (TISF) et les services de prévention spécialisée ;

 

  •   Les enseignants et professionnels des établissements scolaires, les professionnels des établissements d’accueil du jeune enfant, les assistantes maternelles ou les professionnels de la garde à domicile, les agents des collectivités locales, en exercice pour assurer le service minimum d’accueil.

 

  • Les forces de sécurité intérieure (police nationale, gendarmerie, surveillants de la pénitentiaire)

 

Le Préfet de département est chargé d’identifier et de prioriser les besoins d’autres personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire. Il transmet au recteur d’académie la liste des enfants concernés avec leurs adresses de scolarisation habituelle. En fonction des capacités d’accueil, le recteur informe le Préfet du nombre d’enfants qui peuvent être accueillis dans le respect des consignes de sécurité ainsi que les lieux d’accueil.

 

Partager cet article
Repost0
12 mars 2021 5 12 /03 /mars /2021 16:35

 

Le port du masque est-il obligatoire sur la voie publique ou dans les lieux ouverts au public ?


Le port du masque est obligatoire pour tout piéton de 11 ans et plus :


– sur l’ensemble des territoires des communes de Bar-le-Duc, Commercy et Verdun ;


– dans l’ensemble du département : sur les marchés ouverts, 50 m autour des écoles, aux abords des centres
commerciaux ainsi que des EHPAD et EPA.


Cette obligation ne concerne pas les personnes en situation de handicap munies d’un certificat médical ni les personnes pratiquant une activité artistique, physique ou sportive. Elle ne s’applique pas aux personnes se situant sur les sites naturels (forêts).

 

LETTRE D’INFO – COVID-19 N°34 Préfecture de la Meuse

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog du maire de Pagny sur Meuse
  • : Mon quotidien et le reste, en fonction du temps disponible, de l'humeur et de ce qui peut être écrit.
  • Contact

Recherche

Liens