Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2017 4 07 /12 /décembre /2017 09:53

 

La compétence "écoles" part à la codecom à partir du 1er août 2018. Ainsi en ont décidé les élus communautaires à une très forte majorité hier soir mercredi 6 décembre. Saint Nicolas ne nous a pas été favorable.

 

Nous avons voté "contre", Jean-Marc Magnette et moi-même, surtout en raison de la manière cavalière qui a prévalu. Le transfert de la compétence scolaire était inéluctable du fait que l'ex-codecom de Vaucouleurs l'avait prise en totalité. Mais il n'y avait pas urgence à statuer. Même pas le temps d'en parler au conseil municipal : trop de choses se font dans l'urgence à la codecom donnant l'impression de faire des choix sans en avoir mesuré toutes les conséquences. Pas même le temps de prévenir nos agents communaux qui seront mis devant le fait accompli : ils méritent le respect qui leur est dû au service de la commune.

 

L'argument a été de dire que puisque la prise de compétence était inéluctable, autant la prendre tout de suite. On connait les deux points essentiels de cette compétence. On discutera du détail du contenu plus tard.

 

Je ne pouvais pas voter "pour" sans en avoir parlé au Conseil Municipal. Je ne pouvais pas voter "pour" et annoncer aux agents des écoles que je les lâchais après tant d'années passées au service des écoles.

 

J'ai été prévenu par la convocation du 28 novembre que ce transfert serait à l'ordre du jour du conseil communautaire de ce mercredi 6 décembre. Choix présenté quelques jours auparavant en commission et puis en bureau.

 

Je n'ai pas apprécié de ne pas avoir été consulté sur ce transfert et ses conditions ainsi que sur l'utilisation future des locaux.

 

Suite à un mail que j'ai envoyé aux élus communautaires dimanche dernier, j'ai eu contact avec le Président de la codecom m'apprenant que la compétence "école" était transférée sous ses deux aspects voulus par la loi Notré (dont on n'a pas fini de découvrir les effets néfastes) :

 

Compétence bâtiments scolaires :  Ensemble des dépenses d’investissement et de fonctionnement relatives à la construction, aux réparations, au chauffage, à l’éclairage, à l’entretien et à la maintenance des bâtiments scolaires.

Pour ce qui nous concerne, la codecom ne prendra pas cela en charge parce que nous avons des emprunts sur nos deux écoles et cela restera donc à la charge de la commune. Nous sommes propriétaires, mais qu'aurons-nous à dire ?

Sentiment d'injustice de traitement mais c'est la loi !!!

Pas de reprise des emprunts parce que la codecom n'en a pas les moyens. Une clause de revoyure tous les 4 ou 5 ans pour voir si à ce moment, la codecom aurait la capacité financière de reprendre les emprunts.

 


- Compétence Services des écoles :  Ensemble des dépenses d’investissement et de fonctionnement relatives à l’acquisition du mobilier, du matériel, des fournitures ainsi que tous les frais d’activités pédagogiques. Recrutement et gestion des personnels de services et des Agents Territoriaux Spécialisés des Ecoles Maternelles (Atsem).

Notre personnel dépendra donc de la codecom en espérant que la loi ne les défavorisera pas.

 

En principe vos taxes codecom augmenteront de 10 % pour le fonctionnement Service écoles + Bâtiments (si pas d'emprunt) + périscolaire + extrascolaire.

 

Je ne comprends pas les maires qui laissent partir leurs écoles parce qu'ils ne pourraient pas assumer la perte des revenus sur la compétence voirie et payer pour leurs écoles. Prétexte fallacieux puisqu'a été débloqué un fonds de concours de 300 000 € maximum pour prendre en charge des travaux de voirie ou d'entretien de voirie qui auraient dû être réalisés en 2017.

 

Je ne comprends pas les maires qui ont perdu leurs écoles, il y a 10, 20 ou 30 ans et qui disent qu'ils s'en sont sortis. Ils ont dû oublier quel arrachement, cela  a été pour les maires et les villages de l'époque.

 

Les écoles restent pour moi la fierté d'un village, la marque de son dynamisme, sa volonté de faire réussir ses enfants. Je me tracasse peut-être pour rien. La codecom fera-t-elle mieux ? Nos écoles garderont-elles tous les avantages et les attentions que nous avions pour elles ?

 

Ce qui est sûr, c'est que nous serons totalement déconnectés de la vie des écoles et par voie de conséquence d'une grande partie de la vie du village. C'est déjà ce qui se passe pour le périscolaire où nous ne sommes plus au courant de rien depuis des années. Il faudra que chacun le comprenne bien. Dès qu'une compétence part à la codecom, nous n'existons plus, nous n'avons plus rien à dire.

 

Le contact avec les écoles va disparaitre. C'était un lieu d'échange, un lien qui permettait de mesurer les désidératas de la population, de sentir une partie de la situation sociale des familles. Par politesse, on nous invitera peut-être aux conseils d'école. Notre seul rôle étant maintenant l'entretien des locaux.

 

PS : La restauration étant fortement fréquentée, il serait bon d'agrandir. C'est une compétence codecom, mais elle ne voit pas d'inconvénient à ce que ce soit la commune qui paye l’agrandissement.  (Lors du projet de construction, il n'y avait pas les enfants d'Ourches, on ne parlait pas de périéducatif et du gros besoin en salles.)

 

 

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2017 7 03 /12 /décembre /2017 10:36

 

Petit à petit la codecom tisse sa toile de prise de compétences qui étaient d'ordre communal.

 

La grosse inquiétude concerne nos écoles. L'assemblée intercommunale devra statuer mercredi 6 décembre sur la compétence "écoles" qui n'est pas obligatoire. A savoir que, comme sur l'ancienne codecom de Vaucouleurs qui avait la compétence, celle-ci serait étendue à l'ensemble de la nouvelle codecom.

 

Il y a eu réunion de la commission et un bureau sur le sujet mais on ne connait pas le contenu exact de cette compétence. Il y a la loi et l'interprétation de la loi Notré.

 

De plus, il n'y a eu aucune concertation préalable avec les communes qui ont une école, dont nous. Aurons-nous encore notre mot à dire ? Ce n'est pas normal.

 

Nous ignorons donc totalement de quelle manière va se faire ce transfert et dans quelles conditions. Le dossier de séance sera disponible à la codecom à partir de demain lundi 4 pour la séance plénière de mercredi 6.

 

Les emprunts ne seraient pas repris. Nous aurions toutes les charges : eau, chauffage, électricité.

La codecom ne s'occuperait que de la gestion du personnel, ce que nous savons faire.

Mais il aurait aussi la main-mise sur les bâtiments. Ce qui concrètement signifierait que, bien que propriétaire des locaux, la commune n'aurait plus rien à dire sur leur utilisation. C'est tout de même un peu fort. Aucune discussion préalable au sein du conseil sur les condition de cet éventuel transfert.

 

De plus, si la compétence "écoles" est prise, cela signifie que la décision des rythmes scolaires (4 jours ou 4,5 jours) sera du ressort du président de la codecom qui milite pour le 4,5 jours.

 

Enfin il y a un coût pour la prise de compétences sur les écoles. Il aurait été évalué à 1 800 000 €. Pour notre part, le fonctionnement s'est élevé cette année à environ 142 000 € mais nous n'avons pas compté le temps passé par nos employés ce qui gonflera la note.

 

Il faut aussi rappeler que pour faire des économies à la codecom, la compétence "voirie" a été restituée aux communes qui l'avaient. Compétence moins chère que celle des écoles. Y aura-t-il une logique de vote ?

 

1,8 millions, il faut les trouver. Pas difficile : il y a déjà l'augmentation des taxes dues à la codecom à prévoir.

 

On en saura plus mercredi. Le risque est que cette compétence soit attribuée à la codecom parce que les communes qui n'en ont pas n'en auraient rien à faire de celles qui en ont.

 

Séparer pour mieux régner. Ce n'est hélas pas nouveau.

 

Pour notre zone d'activités, la gestion par la codecom est une compétence obligatoire. J'ai rencontré le président de la codecom. Mais là encore, il n'y a eu que des échanges oraux. Rien n'a été écrit sur les conditions du transfert. Peut-être garderons-nous une partie de la taxe CFE. Mais une petite part (20 % ?). Nous risquons aussi que ce soit la totalité de la taxe qui parte à la codecom. Des prémisses de négociation mais rien de tangible. La décision sera prise en conseil communautaire par des personnes qui ne verront que des ressources supplémentaires pour la codecom.

 

Inutile de vous dire que je me tracasse beaucoup sur tout cela. Mais je ne pense pas avoir davantage de cheveux blancs que je n'en ai.

 

 

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2017 4 30 /11 /novembre /2017 18:55

Nous établissons chaque année le montant des dépenses des frais de scolarité que nous répartissons par commune selon le nombre des enfants qui sont scolarisés à Pagny.

 

Au total, il a été dépensé 142 434 € quise répartissent en 47 940 € pour l'école du Centre (122 élèves) et 94 494 € pour l'école maternelle (79 élèves).

 

Ramené à un élève, cela représente pour un enfant de maternelle 1 196 € et pour un enfant de l'élémentaire 393 €. Trois fois plus pour un enfant de maternelle que pour un enfant de l'élémentaire. Différence qui s'explique essentiellement pat les charges de personnel : 75 105 € en maternelle  et seulement 12 156 € en élémentaire. La maternelle nécessite bien plus de personnel que l'école du centre.

 

Les charges retenues ne concerne que le fonctionnement : électricité, chauffage, entretien, fournitures scolaires, animations et sorties offertes aux enfants, piscine, frais de personnel, ...

 

Selon une convention établie depuis bien des années, les communes autres que Pagny participe à hauteur de 80 % des charges de fonctionnement. Cette année, le coût moyen par élève est de 708€. Les autres communes versent 567 € par enfant.

 

Pagny reçoit sur un total de 201 enfants, 70 enfants de Troussey, 12 de Ourches, 2 de Saint-Germain et 1 de Vaucouleurs.

 

A noter que le déplacement de deux classes à la maison des associations a pesé pour 10 759 €)

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2017 1 16 /10 /octobre /2017 13:15
Centrale ventilation

 

Ce n'est pas un appareil de cuisine, mais la centrale de la ventilation double flux pour l'extension de l'école du centre. Plus de 2 m de long et 240 kg. Elle aura à réguler la ventilation en apportant de l'air frais qui sera réchauffé en partie par l'air chaud extrait en sortie des salles de classe.

 

Donc pas besoin d'ouvrir les fenêtres.

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2017 2 03 /10 /octobre /2017 09:11

 

Les échafaudages avaient été campé la semaine passée. Un premier pan de mur a été crépi hier en bicolore dans des tons proche de l'existant. Les ouvertures ont été protégée pour crépir les côtés avec fenêtres. La suite aujourd'hui.

Partager cet article
Repost0
7 août 2017 1 07 /08 /août /2017 19:51

 

Le chantier était occupé par trois entreprises aujourd'hui.

 

- les plâtriers projetaient le plâtre aux murs de l'étage, puis le lissaient, après s'être occupés en partie du rez-de-chaussée vendredi et l'avoir terminé ce jour.

En cours de projection en haut et terminé en bas
En cours de projection en haut et terminé en bas

En cours de projection en haut et terminé en bas

- les chauffagistes ont commencé à installer la ventilation double-flux à l'étage. Difficile parfois de faire comprendre aux utilisateurs qu'il est inutile d'ouvrir les fenêtres pour aérer. La ventilation double-flux aspire l'air frais extérieur et rejette l'air vicié qui sert à réchauffer l'air frais par un système d'échangeurs. Les circuits d'entrée et sortie sont séparés.

Des circuits séparés pour l'air entrant et l'air sortant

Des circuits séparés pour l'air entrant et l'air sortant

- Sur le toit, mise en place des couvertines manquantes et délimitation par des cornières ajourées de la zone qui recevra les éléments de végétalisation.

Suite des travaux à l'école du centre
Partager cet article
Repost0
21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 15:25

 

Les travaux d'extension de l'école élémentaire se poursuivent. Nous en sommes au niveau du toit. La façade du bâtiment sur lequel s'appuie l'extension a été supprimée au niveau de l'étage et sous les bureaux des enseignants. Les ouvriers préparent le linteau qui supportera l'étage des bureaux de l'école.

 

Grâce à la diligence de l'entreprise Harquin, qui s'occupe du gros oeuvre, aucun retard n'a été pris. Néanmoins, afin de ne pas mettre de pression aux autres entreprises au risque de mal façon, nous préférons prendre le temps de bien faire dans les règles de l'art. Il faut donc s'attendre à une occupation des lieux après les vacances d'hiver.

Les travaux à l'école avancent
Les travaux à l'école avancent
Les travaux à l'école avancent
Les travaux à l'école avancent
Partager cet article
Repost0
9 juin 2017 5 09 /06 /juin /2017 14:35

 

Alors que se pose la question de savoir si l'on reste à quatre jours et demi ou revenir à quatre jours, voici un aperçu des rythmes scolaires depuis Jules Ferry.

 

Une accélération du rythme des réformes

Les horaires hebdomadaires ont évolué assez lentement depuis l’instauration de l’école obligatoire par Jules Ferry.

· En 1882, les écoliers travaillaient 30 heures, répartis du lundi au samedi, avec un repos le jeudi.

· En 1966, le samedi après-midi est libéré.

· En 1972, la semaine ne compte plus que 27 heures et le jour de repos est déplacé au mercredi.

· En 1989, le ministre de l’éducation socialiste, Lionel Jospin, réduit le temps de travail à 26 heures hebdomadaire. Des réflexions s’engagent sur la chronobiologie, et des expérimentations permettent, au niveau local, de passer à une semaine de quatre jours en rognant sur les vacances scolaires.

· En 2008, la droite au pouvoir, sous l’égide du ministre Xavier Bertrand, met fin au travail du samedi matin et instaure au niveau national la semaine de quatre jours, baissant le temps de travail des écoliers à 24 heures hebdomadaires.
Mais ce système, qui concentre les apprentissages sur des journées longues est décrié : une conférence nationale sur les rythmes scolaires préconise en 2011 le retour aux quatre jours et demi, soit neuf demi-journées d’école… Le chantier sera rouvert après le retour de la gauche au pouvoir.

· En 2013, le ministre Vincent Peillon publie un décret instaurant le retour de la semaine de 4,5 jours, qui raccourcit la journée d’école et instaure de nouvelles activités périscolaires, facultatives et organisées par les municipalités. Dès la rentrée 2013, 4 000 communes (dont Paris) adoptent la réforme.

· En 2014, face à la gronde de certaines mairies, le nouveau ministre, Benoît Hamon, publie un nouveau décret qui assouplit l’organisation : la semaine doit s’étaler sur cinq jours, mais il est possible de n’avoir que 8 demi-journées d’école. Ainsi, à Marseille, le vendredi après-midi est consacré aux activités périscolaires facultatives. Les fonds publics débloqués pour la mise en place de la réforme sont également reconduits d’une année sur l’autre.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 11:19

 

Les travaux ont enfin démarré. Les travaux de terrassement sont terminés.

 

L'ancienne salle de dessin a été isolée du reste de l'école par un mur de placo. Elle servira à la fois de cabane de chantier pour les ouvriers et pour les réunions de chantier qui ont lieu chaque jeudi à 14h 30. Un WC doit y être créé par anticipation du WC handicapé prévu pour le fonctionnement de l'école.

 

Pour l'instant, le parking près de l'école reste accessible. La coexistence entreprises/usagers du parking ne pose pas de problème. Selon l'évolution du chantier, il sera peut-être neutralisé. Les parents d'élèves pourront stationner sur le parking où se trouvent les bennes de tri.

 

Travaux d'extension à l'école du centre
Travaux d'extension à l'école du centre
Travaux d'extension à l'école du centre
Partager cet article
Repost0
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 18:24

Compte tenu des travaux d'extension de l'école élémentaire, il était nécessaire de délocaliser deux classes : CM1 et CM2. Seule possibilité pour nous : la maison des associations qui va retrouver pour une année scolaire sa vocation initiale d'école.

 

Bien entendu, il a fallu suivre les directives de l'Education Nationale pour la mise en oeuvre et avoir l'avis du SDIS pour l'utilisation des locaux en toute sécurité.

 

Les salles de classe sont un peu plus petites que celles de l'école élémentaire. Mais cela devrait cadrer avec les effectifs prévus. Les enfants et leurs enseignantes renoueront avec leurs habitudes : utilisation des tableaux blancs interactifs. Le matériel informatique n'est pas encore opérationnel.

 

Le bâtiment a été mis sous alarme.

 

 

La maison des associations et les deux classes prêtes pour la rentrée (aux enseignants à déballer leurs cartons).
La maison des associations et les deux classes prêtes pour la rentrée (aux enseignants à déballer leurs cartons).
La maison des associations et les deux classes prêtes pour la rentrée (aux enseignants à déballer leurs cartons).

La maison des associations et les deux classes prêtes pour la rentrée (aux enseignants à déballer leurs cartons).

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog du maire de Pagny sur Meuse
  • : Mon quotidien et le reste, en fonction du temps disponible, de l'humeur et de ce qui peut être écrit.
  • Contact

Recherche

Liens