Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 septembre 2018 6 29 /09 /septembre /2018 09:32

 

Je suis intervenu auprès de l'inspecteur en charge de l'école élémentaire, par mail, jeudi 20 septembre, au sujet des CP particulièrement nombreux cette année (ils sont 34) et des classes à venir qui risquent d'être bien chargées au vu des naissances importantes depuis 2014 (les enfants de petite section de maternelle dépasse les 30 cette année).

 

L'inspecteur, M. Bertin, m'a annoncé hier que M. Nadri, titulaire remplaçant à Pagny, qui intervient en doublette dans la classe des CP de M. Fluhr, et qui devait partir après les vacances de la Toussaint, serait en définitive prolongé jusqu'à la fin de l'année scolaire. Cela permettra de faire 2 classes de CP encore à définir avec les enseignants. Il s'agit d'une mesure exceptionnelle qui ne sera peut-être pas pérennisée l'an prochain, l'inspection ayant pris sur ses moyens propres. Le dédoublement des CP n'est pas une obligation à Pagny parce que que nous ne sommes pas dans une zone d'éducation prioritaire.

 

M. Bertin m'a appris qu'il venait aussi de recevoir un courrier des parents d'élèves sur la situation des CP.

 

Au delà des CP, j'ai attiré l'attention de M. l'inspecteur sur les effectifs des classes à venir en maternelle et élémentaire, compte tenu de la natalité sur Pagny (mais également Troussey et Ourches) ainsi que sur les dérogations qu'accorde la Codecom et qui risquent d'amplifier le nombre d'enfants accueillis à Pagny.

 

J'ai sans doute outrepassé mes droits en intervenant mais la compétence "école" partagée entre commune (pour les bâtiments) et codecom (pour les services) n'ayant pas de limites clairement définies, j'ai jugé qu'il valait mieux être complémentaires dans l'intérêt des enfants avec cette affaire d'effectif. M. Bertin doit rencontré la codecom sous peu.

Partager cet article
Repost0
22 avril 2018 7 22 /04 /avril /2018 13:13

 

Afin de me libérer l'esprit des affaires communales, il m'arrive de jouer à l'archiviste, en recherchant dans la presse (Est Républicain) du siècle passé des informations sur le passé de Pagny. Au cours de ces pérégrinations, on tombe sur d'autres articles intéressants à plus d'un titre.

En voici un sur les enfants, qui pourrait être d'actualité, s'il n'avait pas été rapporté en 1937 d'une chronique de 1906.

 

II y a quelque temps, je relisais une chronique de la bonne Yvonne Sarcey, consacrée à l’enfance. Une chronique de 1906 et qui semble d'hier. « Les parents, écrivait Yvonne, ont des responsabilités graves vis-à-vis des enfants qu'ils mettent au monde, et c'est parce qu'ils ne s’en embarrassent guère que nous avons, en ce moment(1937), une race de neurasthéniques et de déséquilibrés qui pousse et contamine les bancs de nos écoles... »

Car Yvonne rapporte tout à l'influence de la famille, et elle a raison. L'école est une chose, la famille en est une autre. Il y a là deux institutions qui s'épaulent, se complètent sans se pénétrer, chacune conservant son caractère propre.

Yvonne Sarcey énumérait les pièges dressés sous les pas puérils : « Les feuilles grivoises illustrées étalent leurs licences..., des romans obscènes se vendent pour quelques sous... ; il monte des rumeurs de révolte de la rue ; les esprits sont sous pression; dans tous les camps, on manque de cette divine tolérance qui est la politesse du cœur et marque le respect qu’on a de l'opinion des autres. Il n'est plus question que de « vivre sa vie » ; de fortunes acquises en un tournemain, de crimes, de kracks, de vices impudemment commentés... ».

Et il y a trente ans (en 1906) que ces lignes ont été écrites ! Que dirait Yvonne, aujourd’hui, de la criminalité décuplée, de l’imprudence des grands s'exprimant devant les enfants sans aucune retenue, sans se préoccuper de l'influence mauvaise de leurs paroles, résonnant dans des esprits neufs ? Et les crimes quotidiens que l'on commente, et les récits de scandales recueillis par les jeunes oreilles attentives, et cet adversaire politique que l'on dénonce, à table, tans se douter que le lendemain les gosses se réuniront pour lapider le fils de cet adversaire, leur petit camarade, et le lapider jusqu'à ce qu'il en meure !

Tout a été dit sur l'instinct d'imitation des enfants, sur le mimétisme qui les possède. C'est la guerre, on joue à la guerre; on a vu au cinéma des exploits de gangsters, on joue au gangster ; papa a lu dans le journal l'histoire d'un suicidé, on joue au suicidé...

Élevés comme ils le sont, pour la plupart, par des pères trop bavards, inconscients ou cyniques, les pauvres gosses ne savent plus où est le bien et le mal, le juste, et l'injuste, la légalité et l’illégalité.

Mais, à quoi bon moraliser ! J'aime mieux tourner court à ces réflexions amères et décourageantes et conter un trait de mimétisme enfantin, gentiment optimiste celui-là, et qui nous rafraîchira l'esprit.

 

La semaine dernière, un petit garçon de neuf ans, rentrait du collège. Comme il arrivait à la maison, son papa - mon meilleur ami - remarqua que le petit avait épinglé au revers de son pardessus un écusson, un écusson de carton, portant, en diagonale, quatre majuscules abréviatrices : C.D.B.C.

 

- Qu'est-ce que c'est que ça ? demanda le papa.

- Çà ? c'est l'insigne de mon club.

- Vraiment !... Et de quel club s'agit-il ?

- Eh ben, papa, il faut que je te raconte... Dans ma classe, nous avons fondé le « Club des bons copains ».

- C'est très gentil.

- Oui. Et puis, il faut que je te dise aussi, papa. Le président du club, c'est Jacques... Moi, je suis le vice-président.

- Très bien... Mais, qui t'a désigné comme vice-président ?

- C'est moi!... Tu comprends, il n'y a pas encore de membres... Mais, nous en trouverons...

Le papa poussa un soupir... A neuf ans, déjà au pourchas des honneurs... Vanitas Vanitatum ! Mais comme, malgré tout, le titre et les buts de l'Association nouvelle apparaissaient sans danger et même hautement honorables, il attira le petit garçon sur ses genoux.

Et, de tout son cœur, il embrassa le vice-président.

Fernand ROUSSELOT.

Partager cet article
Repost0
1 avril 2018 7 01 /04 /avril /2018 09:47

 

Comme vous le savez sans doute, les écoles relèvent maintenant de la compétence de la communauté de communes de Commercy, Void, Vaucouleurs. Cette compétence prendra effet à partir du 1er août pour ce qui concerne le service des écoles (gestion du personnel, frais pédagogiques, ...) mais pas celle des bâtiments parce que nous avons des emprunts sur ceux-ci (c'est la loi).

 

Les bâtiments restent notre propriété mais le chauffage, l'eau, l'électricité, le foncier et tout l'entretien général et les grosses réparations resteront à la charge de la commune.

 

Cela représente des sommes non négligeables. D'autant que les dotations de l’État sont en baisse constante et que nous allons perdre une bonne partie de la fiscalité (CFE) de la zone d'activité dont la gestion est devenue une compétence obligatoire de la codecom depuis le début de l'année (toujours la loi Notré).

 

Comme la commune est propriétaire des murs, rien ne nous empêche de les vendre afin de ne plus avoir de charges à supporter et la difficulté de les assumer.

 

La négociation est en cours avec une institution privée qui pourra demander une location raisonnable à la codecom, ce que nous n'avons pas le droit de faire. La seule condition est de ne pas privatiser l'école qui restera publique. Nous restons discrets sur l'institution puisque rien n'est encore signé même si un protocole d'accord a été acté.

 

Ce sera une bonne opération financière pour l'institution en question qui gagnera de l'argent sur la location, mais pour nous aussi qui récupérerons le montant de la vente pour financer d'autres projets et n'aurons plus de charges à couvrir.

 

 

Partager cet article
Repost0
11 février 2018 7 11 /02 /février /2018 12:18

 

Un village Gaulois

Lors de l’inauguration de l’extension de l’école du centre, M. Le Sous-Préfet, compte tenu des actions menées par le maire de Pagny et son conseil municipal, connaissant une partie de ma personnalité et ma manière de faire ou de dire, m’a comparé au guerrier Astérix, malgré ma corpulence, et Pagny à un village gaulois. Ce n’est pas faux. Il est vrai que Pagny se démarque aujourd’hui comme hier dans le paysage du sud meusien. Notre situation géographique, notre situation économique qui en découle, notre passé, notamment avec ma prédécesseuse, Mme Maron, ma façon de dire mes convictions, ma volonté et celle du conseil municipal d’œuvrer pour notre village, toutes les attentions que nous avons pour nos concitoyens, cela crée des différences. J'ai même dit que nous avions une potion magique secrète.

 

Le ruban d'inauguration

D'habitude, le ruban d'inauguration est tricolore. Ce jour-là, cétait un ruban cadeau rouge avec des étoiles. Explications :  ruban rouge parce que mon cœur saigne de voir partir nos écoles à la codecom (pour la partie "services") et ruban cadeau parce que c'est un beau cadeau que nous faisons à la codecom (la commune paye les emprunts et tout ce qui concerne l'entretien du bâtiment).

 

Le transfert de deux classes à la maison des associations

Pendant la durée des travaux d’extension, cela a généré un coût de plus de 40 000 € tout de même pour les divers aménagements nécessaires et le fonctionnement.

 

Fâché

Je le suis. Aucun enseignant n'était présent au début de l'inauguration. La directrice est arrivée en retard après appel de son inspecteur de l’Éducation Nationale. Mais pas les deux principales intéressées. C'était un samedi matin et à la fin des vacances d'hiver.

Partager cet article
Repost0
11 février 2018 7 11 /02 /février /2018 10:05

 

6 janvier 2018 : extraits du discours d'inauguration

 

La présence d’une école dans un village reste un axe à la fois fort et sensible de celui-ci. En construire une extension est un des plus beaux témoignages de la vitalité et du dynamisme de la cité. Inaugurer une école est un acte majeur pour son maire, son conseil municipal, sa population et l’avenir d’une commune. Il est un moment important et rare de la vie municipale.

C’est en raisonnant et en anticipant sur l’avenir que ce projet a vu le jour dans la continuité et l’esprit qui avait prévalu pour la construction de l’école maternelle avec restauration et accueil périscolaire que j’avais inaugurée en 2012. Double privilège donc d’inaugurer une maternelle haute qualité environnementale et maintenant cette extension de l’école élémentaire à l’isolation performante, sans oublier la rénovation de la partie ancienne de l’été 2016. Toujours dans l’idée du bien-être des élèves et de leur donner les meilleurs conditions de réussite.

Tout ce que nous avons entrepris correspondait à des besoins.

 

Cette extension est le signe d’une bonne santé démographique de notre commune mais aussi de celle de Troussey et dans une moindre mesure d’Ourches dont nous accueillons les enfants. Il est vrai que, pour ne parler que de notre village, nous sommes dynamiques, attractifs car bien situés géographiquement. Il y fait bon vivre. Nous maintenons des traditions d’accueil. Beaucoup sont surpris d’apprendre les nombreux petits avantages qu’offre la commune et qui n’existent pas ailleurs. Cela donne envie de venir ici. De nouveaux venus, jeunes pour la plupart, ont fait le choix de venir s’installer dans les nouveaux lotissements ou les maisons restaurées à neuf par des particuliers. D’autres jeunes sont revenus au village. Cette jeunesse est la raison d’un taux de naissances en nette progression ces dernières années. Ces futurs petits élèves, c’est aussi notre avenir. Et pour eux, il faut des écoles.

...

Mais pour construire, il faut de l’argent.

Pour rappel, le coût global de l'ensemble des travaux (rénovation 2016 et extension 2017) s'élève à 580.000 €.  Rénovation : 208 000 €. Extension : 372 000 €. Le financement se répartit entre : un emprunt de la municipalité pour 180.000 € remboursable sur 20 ans, une subvention de 174.000 € au titre de la dotation à l'Équipement des Territoires Ruraux (DETR) et une subvention du G.I.P. Objectif Meuse pour un montant de 225.000 €. (68 % de subvention). Ces aides ont été appréciables et appréciées. Que les représentants de l’Etat, M. le sous-préfet, et du GIP, M. Jannot, vice-président, transmettent nos remerciements à qui de droit.

 

...

 

Nous avons fait notre travail d’élus. L’école est le « maillon » primordial du service public, celui auquel les parents sont le plus attachés. C’était une priorité dans le fonctionnement de notre commune, et nous n’oublions pas les deux autres communes.

 

Tout évolue. En bien ou en mal ? L’avenir le dira. Je sais bien que les hussards noirs de la République sont morts depuis longtemps (une légende ?). Je sais aussi qu’il faut être dans la mouvance des évolutions technologiques ou sociétales du 21ème siècle.

 

Il n’en reste pas moins que l’école reste l’école avec une  ambition : celle d’une éducation pour tous. La nôtre était celle du meilleur pour nos enfants : ce qui par exemple a fait que toutes nos classes, tant en maternelle qu’en élémentaire, sont chacune équipée d’un tableau blanc interactif, de tablettes et de portables, ce qui est loin d’être le cas de bien des écoles.

 

Nous avons construit dans l’intérêt de nos écoliers, passés, actuels et à venir. A terme, nous ne serons plus décisionnaires (transfert de la compétence "écoles" à la codecom) mais je cite « que l’école demeure le cœur battant de nos villages, où se nouent des liens et des amitiés, où s’échangent des idées, des visions du monde, des ambitions, des envies ».

Les services techniques ont préparé les salles de classe pendant les vacances d'hiver, déménageant mobilier, documents des enseignants, ... depuis la maison des associations qui a hébergé les classes de CM1 et CM2 pendant un an..

Les services techniques ont préparé les salles de classe pendant les vacances d'hiver, déménageant mobilier, documents des enseignants, ... depuis la maison des associations qui a hébergé les classes de CM1 et CM2 pendant un an..

La classe de CM1

La classe de CM1

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2018 4 25 /01 /janvier /2018 10:54

 

Depuis quelques jours, une rumeur circule comme quoi les activités périscolaires allaient s'arrêter, devenir de la garderie et que c'est la faute du maire qui ne veut pas donner les clés d'une salle.

 

On ignore de manière certaine d'où elle vient, mais elle a été relayée par les employées du périscolaire, puis à des parents. Et à nous, mairie,on ne nous dit rien.

 

Ce qui me chagrine beaucoup, c’est qu’il n’y a aucun contact avec la codecom au sujet du périscolaire et des APE.

 

Pas de communication, pas de concertation, pas d'explications.

 

Dans cette affaire, la responsable codecom m’a réclamé les clés de la nouvelle salle dans l'extension de l'école élémentaire le 10 ou 11 janvier et une mise à disposition immédiate, sans comprendre, qu’avec les travaux, il pouvait y avoir du retard et il y en a eu. J'ai pensé qu’il n’y avait pas urgence pour une dizaine d’enfants qui étaient à la maison des associations auparavant. Lorsque nous nous sommes rencontrés mercredi (avec d'autres personnes de la codecom pour les affaires scolaires), je ne savais pas encore que l’entreprise viendrait finir son travail de serrurerie le soir même. Les clés arrivent avec 15 jours de retard.

 

Jamais on ne m’a parlé d'un risque d'arrêt des activités.

 

Je l’apprends par la rumeur publique. Ce n’est pas normal. Ce n’est pas une manière de fonctionner. Il en est de même pour madame Gaucher et la salle d’évolution en maternelle. Ce sont les employés qui lui disent « on a le droit d’utiliser votre salle ».

 

Ce n’est pas en essayant de me culpabiliser et de me faire porter le chapeau que APE et périscolaire fonctionneront mieux. Les responsables de cette situation sont du côté de la codecom.

 

Je le redis. Je ne sais rien de ce qui concerne le périscolaire et les APE. Rien ne m’est communiqué, en particulier les effectifs ou les besoins, encore moins les activités proposées ne serait-ce que pour information. Je ne peux pas deviner.

 

 

Je comprends qu'il faut de la place pour les activités des enfants. Mais j'aimerais savoir pour combien et juger par moi-même. Jusqu'en décembre 2017, il n'y avait pas de problème sauf pour l'utilisation de la salle d'évolution à la maternelle les jeudis où la maternelle fait ses APC. Aujourd'hui rien ne va plus ??

 

 

"Officiellement" j'ai appris, hier jeudi, par un mail de la codecom, que pour des raisons de sécurité, les activités périscolaires et APE ne seraient peut-être plus possibles.

 

Brut de décoffrage, sans explication argumentée.

 

Pour une dizaine d'enfants en plus qui étaient à la maison des associations et qui pourront maintenant avoir accès à la salle supplémentaire que nous avions prévu pour le périscolaire dans la construction de l'extension de l'école élémentaire.

 

Quels remerciements des efforts de la commune pour une compétence qui n'est pas la sienne ! Je veux bien coopérer, mais il faut un minimum de contacts.

 

J'ai prévenu que les clés étaient disponibles, mais personne n'est venue les chercher.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2018 2 16 /01 /janvier /2018 22:51

 

Chaque parent avait la possibilité de répondre au questionnaire proposé par la mairie. Un seul questionnaire par parent qui s'exprimaient dans une des deux écoles.

 

Le retour à la semaine de 4 jours a été plébiscité.

 

Ecole maternelle :

 

- maintien de l'organisation actuelle : 22 votes soit 25,3 %

 

- retour à la semaine de 4 jours : 61 votes soit 70,1 %

 

- semaine à 8 demi-journées avec 5 matinées : 4 votes soit 4,6 %

 

Ecole élémentaire :

 

- maintien de l'organisation actuelle : 27 votes soit 16,8 %

 

- retour à la semaine de 4 jours : 119 votes soit 73,9 %

 

- semaine à 8 demi-journées avec 5 matinées : 15 votes soit 9,3%

 

Reste à entériner ces résultats en conseils d'école d'une part et en conseil municipal d'autre part.

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2018 2 02 /01 /janvier /2018 17:30

Le texte n'étant pas très lisible, le voici reproduit ci-dessous.

 

L’extension de l’Ecole du Centre n’attend plus que ses élèves.

 

Pour l'école élémentaire publique du Centre de Pagny-sur-Meuse, la fin de l'année 2017 rime avec achèvement des travaux de son extension. Le 8 janvier prochain, les élèves de CM1 et CM2 pourront ainsi faire leur rentrée dans un>bâtiment flambant neuf construit dans le respect de l'environnement et doté de salles aussi modernes que fonctionnelles.

 

Le bien-être des élèves comme celui du corps enseignant a toujours fait partie des préoccupations de la municipalité. En témoignent les travaux de rénovation réalisés dans 3 salles de classe de la partie ancienne de l'école à l'été 2016, le démarrage en mars dernier du chantier visant à remplacer le préfabriqué vieillissant installé il y a plus de vingt ans ainsi qu'une autre salle qui manquait cruellement de confort et de fonctionnalité.

Avec l'arrivée d'une population particulièrement jeune dans les nouveaux lotissements de la commune et le taux de naissances en nette progression ces dernières années, Armand Pagliari, maire de Pagny-sur-Meuse, se devait de prévoir l'avenir et notamment l'accueil des futurs petits élèves.

 

 

Objectif espace et bien-être à l'école

 

D'après une idée de Christophe Te Dunne (adjoint au maire) et mise en œuvre par Dominique Millet, responsable du Cabinet d'architecture Est Concept, l'exten­sion de près de 300 m2 construite sur l'arrière de l'ancien bâtiment va apporter tout le confort, l'ai­sance (salles de 70 m2 environ) et la praticité nécessaire à tous pour travailler et apprendre dans d'excellentes conditions. Les deux salles de classe situées à l'étage sont attribuées aux CM1 et CM2 qui, pendant toute la durée des travaux, étaient hébergés dans l'acienne école devenue maison des associations. Au rez-de-chaussée, une salle de classe accessible de plain-pied pourra, dans un avenir plus ou moins proche, accueillir de nouveaux élèves y compris ceux en situation de handicap. Toujours sur le même niveau, la « demi-salle » est quant à elle destinée aux activités périscolaires. Notez enfin qu'un agréable préau couvert fait la jonction entre les deux bâtiments.

 

Énergie et coût maîtrisés

 

Ce nouveau bâtiment, coloré et moderne, bénéficie d'une isolation performante des murs (maçonnerie en blocs isolants) et des plafonds. Il profité également d'un chauffage maîtrisé et particulièrement efficace grâce au raccordement à la nouvelle chaudière à granulés installée l'été dernier dans l'ancien bâtiment de l'école. Enfin, la gestion de la lumière étant fondamentale, cette extension a été dotée de larges baies à double vitrage équipées de brise-soleil. Un soin tout particulier a également été apporté à l'éclairage intérieur qui se fait au moyen de LEDS qui s'autorégulent en fonction de la luminosité ambiante.

 

Pour rappel, le coût global de l'ensemble des travaux (rénovation 2016 et extension 2017) s'élève à 580.000 €. Le financement se répartit entre : un emprunt de la municipalité pour 180.000 € remboursable sur 20 ans, une subvention de 174.000 € au titre de la dotation à l'Équipement des Territoires Ruraux (DETR) et une subvention du G.I.P. Objectif Meuse pour un montant de 225.000 €.

 

 

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2018 2 02 /01 /janvier /2018 09:02

 

Pour le dernier jour de l'année 2017, l'Est Républicain a publié une double page sur l'extension de l'école élémentaire.

 

Elle est à l'initiative de l'architecte Dominique Millet qui a sollicité les entreprises ayant travaillé sur cette extension. C'est donc une double page qui ne coûte rien à la commune mais qui lui fait une belle publicité ainsi qu'aux entreprises.

 

Merci à ces entreprises ainsi qu'aux journalistes du quotidien.

Extension de l'école élémentaire : une double page dans l'Est Républicain
Extension de l'école élémentaire : une double page dans l'Est Républicain
Partager cet article
Repost0
16 décembre 2017 6 16 /12 /décembre /2017 17:29

A la demande de la codecom, s'est tenue mercredi 6 décembre une réunion d'information sur les rythmes scolaires. Une première approche, pour elle, d'avoir le sentiment des parents et pour présenter quelques possibilités.

 

Aucune tendance ne s'est véritablement dégagée. Certains ont donné leur avis, d'autres aucun. Des inquiétudes certes. Des arguments entre la fatigue des enfants faisant pencher pour 4 jours et vouloir garder 4 jours et demi pour des raisons de garde d'enfants ou de meilleurs apprentissages.

 

Quatre jours, c'est la fin du péri éducatif  (mais pas du périscolaire) avec des activités sans doute organisées le mercredi par la codecom. Peut-être pas à Pagny. Cela dépendrait du nombre d'inscrits.

 

Quatre jours et demi pour mieux apprendre et ceux qui pensent que les enfants ne sont pas plus fatigués. Possibilité d'après-midis plus longs mais avec un après-midi libéré avec activités péri éducatives. On a avancé aussi la possibilité de vacances raccourcies.

 

En principe un questionnaire de la codecom sera donné aux parents à la rentrée de janvier. Comme nous avons encore la compétence scolaire, jusqu'au 1er août 2018, nous préparerons aussi un questionnaire mais en présentant, avec toute la neutralité nécessaire, les diverses possibilités qui s'offrent.

Une trentaine de parents était présente, essentiellement les mamans.

Une trentaine de parents était présente, essentiellement les mamans.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog du maire de Pagny sur Meuse
  • : Mon quotidien et le reste, en fonction du temps disponible, de l'humeur et de ce qui peut être écrit.
  • Contact

Recherche

Liens