Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mai 2019 1 20 /05 /mai /2019 16:37

 

Dimanche prochain, élections européennes.

 

J'ai reçu d'un parti (peu importe qui il est) un courrier où on se souvient que les maires existent et qu'ils ne sont pas si inutiles que cela. Les experts en communication et cirage de pompes connaissent leur travail. Les maires deviennent des personnes qu'il ne faut pas oublier. Dommage que cela ne se produise qu'au moment des élections. Mais comme on dit les promesses n'engagent que ceux qui y croient.

 

Un extrait :

 

Nous avons voulu vous écrire directement non seulement parce que nous mesurons le travail que représente pour vous l'organisation et le bon déroulement de ce scrutin, mais surtout car nous savons que vous êtes les premiers acteurs et les premiers relais de la démocratie.

 

Trop souvent oubliées par un État centralisateur qui comprend de moins en moins la nécessité de partir du terrain - en réduisant les dotations, en fermant des services publics de proximité, et en multipliant les normes folles - nos mairies sont les piliers de la République.

 

 

C'est bien écrit, mais qui peut-on croire en politique politicienne ?

 

 

Partager cet article
Repost0
5 mai 2019 7 05 /05 /mai /2019 14:41

 

Les rumeurs ont parfois la vie longue. Celle du Chemin de la Trace est de celles-là.

 

Ce chemin de terre est au bout de la rue de la Trace macadamisée. On fait courir le bruit qu'il serait élargi pour en faire une route qui déboucherait sur un futur lotissement, ce qui nécessiterait d'exproprier les habitants du lotissement "Les Jardins" d'une partie de leur terrain.

 

Je répète ce que j'ai dit à plusieurs reprises :

 

  • Aucune création de route derrière les habitations du lotissement n'est envisagée. Donc ni macadam, ni élargissement de ce chemin.
  • Pas d'expropriation d'une partie des terrains riverains. Si la commune avait voulu faire une route (et elle ne le veut pas), elle aurait pris sur les jardins, propriétés communales et pas chez les particuliers. Et elle n'aurait pas clôturé les jardins avec des travaux importants : grillages et portails qui ont coûté.
  • Ce chemin fait partie du chemin piétonnier qui va de la Maternelle à la rue de l'Angonne. Il a été créé pour assurer davantage de sécurité aux enfants allant à pied à l'école et qui peuvent ainsi éviter l'Avenue De Gaulle, plus dangereuse que le chemin. Faire une route à la place du chemin irait donc à l'encontre de la raison sécuritaire initiale.
  • De plus, il est bon de garder des endroits "rustiques" comme ce chemin piétonnier pour de propmenades.

 

Dans l’hypothèse où un lotissement communal verrait le jour dans les champs au bout du chemin de la trace, l'entrée se ferait dans le prolongement de la rue de l'Angonne. Mais ce lotissement est très hypothétique car la commune n'est pas propriétaire de ces terrains. Elle ne peut donc pas envisager la création et les viabilités d'un lotissement dont elle ne maitriserait pas le sol.

 

En revanche, un des propriétaires peut construire plusieurs maisons sur le terrain qui lui appartient et il a un accès sur l'Avenue De Gaulle.  Il n'y a donc aucune raison que la commune construise une route pour l'investissement d'un particulier.

 

 

Partager cet article
Repost0
5 mai 2019 7 05 /05 /mai /2019 14:15

 

Trouvé dans le registre des délibérations : "Dans sa séance du 30 janvier 1960, le Conseil Municipal, à l'unanimité, assure le Général De Gaulle, Chef de l’État, de toute sa sympathie et lui fait confiance pour mener à bien les lourdes tâches qu'il a encore à accomplir."

 

De quoi rendre envieux et jalous tous les autres Présidents.

Partager cet article
Repost0
22 avril 2019 1 22 /04 /avril /2019 08:51

 

Vous avez la chance de ne pas payer de redevances pour les ordures ménagères, ce qui ajoute à votre pouvoir d'achat.

 

A titre comparatif, voici les tarifs pratiqués sur Void pour le 2ème semestre 2018 :

  • 1 personne : 37,30 €
  • 2 personnes : 74,60 €
  • 3 personnes : 111,90 €
  • 4 personnes et + : 149,20 €

 

Il faut compter 3 € de moins par personne si vous bénéficiez d'un composteur mis à disposition par la CC Void.

 

 

Partager cet article
Repost0
22 avril 2019 1 22 /04 /avril /2019 08:27

De Maire-info

 

Le Défenseur des droits a publié  son rapport annuel d’activité pour l’année 2018. De plus en plus sollicité par les Français – 95 836 réclamations reçues en 2018 contre 90 352 en 2017 –, Jacques Toubon observe « qu’année après année », s’amplifient « les effets néfastes de l’évanescence croissante des services publics sur les personnes pour lesquelles ils constituent souvent le principal recours ». Fait nouveau et révélateur de la gravité de la situation : plus personne n’est épargné, « y compris les usagères et usagers jusque-là aptes à y faire face ».

Ainsi, les réclamations ayant pour thème « les relations avec les services publics » n’ont jamais été aussi nombreuses (55 785 en 2018, +10,3 % par rapport à 2017). Avec respectivement 13 954 et 13 920 réclamations, les services déconcentrés de l’État et les organismes sociaux sont les plus souvent mis en cause par les usagers.

S’agissant des collectivités, Jacques Toubon pointe également les « risques nouveaux d’inégalités territoriales » que suscite « le transfert de nombreux services publics tels que l’aide sociale ou la formation professionnelle aux collectivités locales ».



« Conserver des lieux d’accueil physiques des usagers »

Face aux « restrictions » budgétaires et à la « transformation des modes d’intervention » des services publics, le sentiment d’exclusion des usagers est fort. Bernard Dreyfus, délégué général à la médiation avec les services publics, épingle des services publics « de plus en plus distants » à l’égard des usagers. Du fait de l’absence de réponse de l’administration ou de la complexité des démarches, les plus précaires sont souvent privés de droits essentiels.

Bien qu’elle « simplifie la vie des usagers », la dématérialisation des services publics – 100 % des démarches administratives pourront être effectuées sur Internet en 2022 – « peut éloigner certains usagers de l’accès aux droits », poursuit-il, en référence aux « effets calamiteux » de la mise en œuvre fin 2017 de la partie publique du Plan préfecture nouvelle génération (PPNG), dont la principale conséquence a été la suppression de l’accueil au guichet dans les préfectures, pour la délivrance des permis de conduire et des cartes grises.



Des difficultés à trouver une information administrative en ligne

Dans le même temps, presque une personne sur deux éprouve toujours des difficultés à trouver une information administrative sur internet. « L’exclusion numérique conduit à des situations de non-recours aux droits », insiste Bernard Dreyfus, selon qui l’État « doit être le premier accompagnateur des usagers dans l’appropriation du numérique ». « Des modes de communication multicanaux adaptés à la diversité des publics et des besoins et permettant d’assurer le contact en cas de défaillances, doivent être mis en place et, à ce titre, il est nécessaire pour les services publics de conserver des lieux d’accueil physiques des usagers ».


 

Votre mairie est consciente de ce problème depuis longtemps. C'est une des raisons pour laquelle elle a une plage d'ouverture au public très large.

Partager cet article
Repost0
18 avril 2019 4 18 /04 /avril /2019 15:08

Les mairies ne sont pas encore officiellement au courant. Je l'apprends en allant à la pêche aux informations par un communiqué de l'Association des Maires de France. La proximité de Bure n'a pas pesé sur l'information.

 

Ci-dessous l'article de Maire-Info du jeudi 18 avril. Bonnes réflexions !

 

 

Le débat national sur la gestion des matières et déchets radioactifs lancé mercredi 17 avril va tenter d’éclairer les citoyens sur un dossier complexe, miroir des clivages autour du nucléaire qui engage la société pour les siècles à venir.

Dans un pays qui possède le deuxième parc de réacteurs nucléaires au monde, ce débat est « l’héritier d’une histoire conflictuelle », a noté la présidente de la Commission nationale du débat public Chantal Jouanno lors d’une conférence de presse. « Nous voulons essayer de dépasser les clivages, dépasser la simple opposition (...) qui peut être stérile », a ajouté Isabelle Harel-Dutirou, présidente de la commission particulière qui l’organise jusqu’au 25 septembre.

« Tout le monde s’accorde à dire que nous devons aujourd’hui prendre des décisions qui préservent les générations futures (...) mais à partir de là, les solutions divergent », a-t-elle expliqué à l’AFP. « Certains disent que notre responsabilité est de ne pas obérer l’avenir des générations futures en ne laissant pas un héritage impossible à gérer ».

Dans ce camp se trouvent les ONG opposées notamment au projet Cigéo d’enfouissement des déchets à 500 mètres de profondeur à Bure (Meuse), qui veulent attendre de possibles avancées de la science avant de choisir une solution qu’elles jugent irréversible.

« À l’inverse, d’autres disent que notre responsabilité est de prendre aujourd’hui les décisions qui s’imposent », ajoute Isabelle Harel-Dutirou. Ainsi, les législateurs ont voté en 2006 une loi faisant le choix du stockage en couche géologique profonde des déchets les plus dangereux, ce qui a conduit au projet Cigéo.

Alors certains s’interrogent sur l’utilité d’un nouveau débat sur ce choix déjà tranché, et de manière générale sur la façon dont les discussions seront prises en compte pour la rédaction du 5e Plan national pour la gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR) 2019-2021.

« Débattre n’a pas de sens si les choix sur ce sujet sont déjà verrouillés », dénonce ainsi le Réseau Sortir du nucléaire, qui a décidé de ne pas participer. « A quoi bon débattre des options de gestion de ces substances ingérables si la seule solution réellement existante, à savoir l’arrêt de leur production, est exclue par les pouvoirs publics », poursuit l’ONG, alors que le gouvernement a repoussé de 2025 à 2035 l’objectif d’abaisser à 50% la part du nucléaire dans la production d’électricité.



Un sujet « méconnu »

Fin 2017, la France comptait 1,62 million de m3 de déchets radioactifs, selon le dernier inventaire de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra). Les déchets de haute activité (HA), qui peuvent être radioactifs jusqu’à des centaines de milliers d’années, représentent 0,2%, soit l’équivalent du volume d’une piscine olympique, mais 94,9% du niveau de radioactivité, et doivent le temps venu rejoindre Cigéo.

La commission organisant le débat n’éludera pas non plus la question des « risques » souvent associés aux substances radioactives.

« C’est un sujet qui reste méconnu, sur lequel quelques idées reçues sont véhiculées alors que depuis des dizaines d’années (...) on a fait beaucoup de progrès, le système de gestion des déchets fonctionne bien et de manière sûre », assure de son côté Sylvain Granger, responsable de la gestion des déchets chez EDF.

Mais les déchets ne sont pas les seuls en question. Dans un pays qui a fait le choix controversé du retraitement, les « matières », c’est-à-dire les substances radioactives pour lesquelles une « utilisation ultérieure est prévue ou envisagée », devraient être également au cœur du débat. (AFP)

Partager cet article
Repost0
13 avril 2019 6 13 /04 /avril /2019 14:20

 

Le préfet nous a fait parvenir la synthèse des contributions recueillies dans les cahiers citoyens ou exprimées lors des débats dans le département.

 

Pour le département, 107 communes ont ouvert des cahiers citoyens dont 86 ont recueilli des participations. Ces cahiers ont été versés aux archives départementales le 29 mars. La diligence avec laquelle ces cahiers ont été transmis a permis de les adresser dans les délais à la mission nationale du Grand débat.

 

Par ailleurs, 40 réunions d'initiative locales ont été organisées. Le maillage du territoire a permis à tous les citoyens de pouvoir se rendre à un débat dans un périmètre correspondant à 20 minutes de trajet.

 

Le préfet souhaiterait que soit prise l'initiative, avec les maires, de se saisir collectivement de certaines remarques ou propositions qui peuvent d'ores et déjà trouver des réponses au niveau local.

 

Ainsi, il envisage de mener une réflexion sur des mesures concrètes à mettre en œuvre dans le cadre d'une instance de pilotage dont la première réunion se tiendra le 3 mai prochain en préfecture. Y seront invités les parlementaires, la région, le département, l'association des présidents de communautés de communes et l'association des maires. Cette instance pourra ensuite confier la concrétisation des mesures proposées à des groupes de travail dédiés.

 

Ce travail pourrait être mené sur la base de sujets portant notamment sur la présence des services publics dans les territoires, la mobilité, la lisibilité des actions publiques (par exemple dans les domaines de l'emploi et de l'économie), le développement des circuits-courts, le repérage et l'accompagnement des publics en difficulté.

Partager cet article
Repost0
13 avril 2019 6 13 /04 /avril /2019 11:53

 

V - Divers

 

A - Logement

 

  • Les sans-abris : il n'est pas normal qu'une personne qui travaille ne puissent pas se loger, (notamment sur Paris)

 

B- Transport et mobilité

 

  • Développer des minibus par secteur en milieu rural.
  • Proposer des locations de voiture à bas coût pour le retour à l'emploi développer le co-voiturage.
  • Aménager les bus pour les personnes à mobilité réduite.
  • Proposer un forfait accessible pour la réparation des véhicules après un contrôle technique.
  • Avoir plus d'aide pour le rachat de véhicules anciens.
  • Développer les garages solidaires.

 

C-Social

 

  • Apporter une aide aux personnes qui ont des difficultés à gérer leur budget.
  • Augmenter les minimas sociaux.
  • Vente généralisée à faible coût des produits dont la date de péremption est proche.
  • Mieux prendre en compte dans la retraite les années d'éducation des enfants.
  • Egalité entre les régimes de retraite pour le versement des pensions de réversion.
  • Harmoniser les aides sociales pour les contrats d'apprentissage et de professionnalisation.

 

D- Éducation

 

  • Revaloriser l'apprentissage et l'ensemble des métiers manuels.
  • Ne pas opposer filière générales et filière technique.
  • Mieux accompagner les jeunes dans leur cursus scolaire.
  • Renforcer et impliquer les conseillers d'orientation de l'éducation nationale.
  • Utiliser le budget formation professionnelle de manière plus efficiente.
  • Promouvoir la mobilité professionnelle, pour cela aider au financement du permis de conduire.
  • Mettre un terme à la suppression de classes
Partager cet article
Repost0
13 avril 2019 6 13 /04 /avril /2019 11:50

 

 

IV - Organisation de l'État et des services publics

 

 

A - Organisation de l’État

 

  • Réduire le nombre de députés et de sénateurs mais attention à préserver la ruralité.
  • Obligation de présence à l'assemblée et au Sénat pour voter les lois et au minimum fixer un quorum.
  • Trop de hauts fonctionnaires dans les ministères, les ambassades, consulats, etc.
  • Suppression de l'immunité diplomatique.
  • Obligation d'un casier judiciaire vierge pour les politiques.
  • Simplifier l'organisation administrative de l'État.
  • Lutter contre la fraude
  • Réduire le nombre de communes.
  • Classe ouvrière sous représentée au niveau des élus.
  • duire le train de vie de l'État.
  • Moins de ministres.
  • Revoir le statut des Présidents de la République et des ministres une fois qu'ils ne sont plus élus.
  • Mettre une limite d'âge chez les grands élus.
  • Limiter le nombre de mandats pour les députés et sénateurs avec une limite d'âge.

 

B- Organisation des services publics

 

  • Revoir et plafonner les salaires des hauts fonctionnaires.
  • Revoir les salaires et le nombre de fonctionnaires de certaines de nos institutions (fonctionnaires de l'Assemblée Nationale du Sénat).

 

Santé

  • Cesser de baisser les budgets de l'armée, des hôpitaux et services de santé et des remboursements des médicaments
  • Stopper la classification des médicaments de confort et soins.
  • Développer l'accès à la santé pour tous.
  • Renforcer la présence des services de santé en milieu rural.
  • Mettre un terme à la fermeture des hôpitaux en milieu rural surtout que ce sont les plus pauvres qui sont le plus pénalisés. Garantir des soins pour les personnes âgées.
  • Obliger les jeunes médecins à s'installer en zone de désertification médicale.
  • Supprimer le numerus clausus.
  • Renoncer à la télémédecine afin de garder de l'humanité.

 

Ruralité

  • Conserver une organisation et la présence de services publics surtout en milieu rural.
  • Développement du numérique sur l'intégralité du territoire afin que la dématérialisation des procédures soit réellement applicable.
  • Privilégier le contact physique à la dématérialisation de tous les services.
  • Equilibrer les implantations des services et des entreprises afin que tout ne soit pas concentré dans les métropoles.
  • Tenir compte de la ruralité pour rester au plus proche de la population.

 

Europe

  • Une Europe, oui mais pas en sens unique,
  • Rejeter les décisions de Bruxelles qui avec leurs traités de libre échange notamment le CETA provoquent la désindustrialisation et la destruction de l'agriculture en France.

 

Divers

  • Revenir sur le gel du point d'indice et fixe le minimum retraite au SMIC.
  • Mettre en place un revenu étudiant, accorder le RSA aux moins de 25 ans.
  • Mettre en œuvre une véritable égalité de salaire homme/femme.
  • Ne pas limiter l'école à 16 ans, favoriser l'apprentissage.
  • Alléger les démarches pour la création d'entreprise.
Partager cet article
Repost0
13 avril 2019 6 13 /04 /avril /2019 11:02

 

III- La démocratie et la citoyenneté

 

A- Démocratie

 

  • Rendre le vote obligatoire.
  • Comptabiliser les votes blancs et les abstentions.
  • Revoir la proportionnelle pour une représentativité plus juste.
  • Renforcer l'éducation à la citoyenneté.
  • Généraliser les élections à la proportionnelle.
  • Renouvellement de l'assemblée 2 ans et demi après l'élection du président de la République.
  • Limiter le nombre de mandats des élus dans le temps.
  • Mise en place d'un référendum d'initiative citoyen.
  • Faciliter le vote par procuration.
  • Mettre en place le vote dématérialisé.
  • Inscription d'office sur les listes électorales des habitants en résidence principale sur la commune

 

B- Citoyenneté

 

  • Réguler l'accueil des migrants afin que les dépenses de prise en charge ne soient pas trop lourdes par rapport aux dépenses de solidarité mises en place pour les personnes déjà présentes en France.
  • Intégrer les immigrés par le travail.
  • Accepter uniquement l'immigration de personnes victimes des guerres ou persécutions.
  • Accorder l'immigration économique sous réserve de contrat de travail.
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog du maire de Pagny sur Meuse
  • : Mon quotidien et le reste, en fonction du temps disponible, de l'humeur et de ce qui peut être écrit.
  • Contact

Recherche

Liens