Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 avril 2019 6 13 /04 /avril /2019 10:56

 

II- Fiscalité et les dépenses publiques

 

A - Fiscalité

 

  • Revoir le mode de calcul de la taxe foncière et de la taxe d'habitation en fonction des revenus.
  • Moins d'impôts et jouer sur la TVA sur les produits autres que de premières nécessités
  • Baisser voire supprimer la TVA sur les produits de première nécessité.
  • Baisser les taxes sur les carburants ainsi que sur l'électricité et le gaz.
  • Taxer le travail de l'homme qui est transféré à des robots.
  • Suppression de la CSG et de la CRDS et taxer en contrepartie les GAFA.
  • Suppression des niches fiscales.
  • Appliquer l'ISF à ceux qui ne réinvestissent pas. Rétablissement de l'ISF.
  • Supprimer le CICE.
  • Rendre l'impôt plus progressif et augmenter le nombre de tranches. Augmenter les taxes sur les produits de luxe.
  • Mieux réguler le système de défiscalisation qui est actuellement plus intéressant pour les riches que pour les classes moyennes.
  • fiscaliser les investissements en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique.
  • Supprimer la double imposition sur la CSG.
  • Affecter les dépenses aux recettes (ex : la taxe carbone à la rénovation des routes).
  • Les portiques « écotaxe » devraient être réactivés pour tous les transports internationaux qui traversent la France.
  • Conserver des supports écrits pour l'impôt, ne pas tout dématérialiser.
  • Taxer les produits importés.
  • Obligation de réinvestir les bénéfices dans l'entreprise au lieu de tout verser en dividende aux actionnaires.
  • Cesser de taxer majoritairement les classes moyennes et les retraités.
  • Cesser de subventionner la presse.

 

B - Dépenses de l’État

 

  • Revoir le train de vie des services de l'Etat, et s'inspirer des pays Scandinaves : les personnalités politiques vivent et se déplacent sur leurs propres moyens.
  • Revoir le train de vie de l'Elysée (résidences, voitures, avions, ...)
  • Revoir les salaires des hauts fonctionnaires.
  • Stopper le déficit en maîtrisant les dépenses.
  • L'Etat oblige les collectivités à un équilibre budgétaire, mais ne se l'impose pas.
  • Prise en compte des observations de la cour des comptes.

 

C - Patrimoine

 

  • Les autoroutes devraient être sous contrôle de l'Etat, (nous payons pour des sociétés privées). Réviser les contrats de concessions.
  • Ne pas vendre les aéroports afin de ne pas commettre la même erreur qu'avec les autoroutes.

 

D - Les retraites

 

  • Indexer les retraites sur le coût de la vie.
  • Un seul régime de retraite pour tous.
  • Réindexer les retraites sur l'inflation.
  • Relever le minimum retraite, rétablir la demie part supprimée aux veufs et veuves.
  • Etablir un tarif des EPHAD en fonction des revenus des résidents.

 

D- Entreprises

 

  • Inciter les entreprises à augmenter les salaires pour une meilleure répartition des richesses.
  • Relocaliser les industries.
  • Fabriquer des produits plus durables et combattre l'obsolescence programmée
  • Transférer aux collectivités des compétences mais avec quels moyens ?

 

E- Europe

 

  • Utiliser l'intégralité des aides européennes accordées à la France
  • Simplifier les procédures françaises pour l'octroi de ces aides.
  • Rejeter les décisions de Bruxelles qui avec leurs traités de libre échange notamment le CETA provoquent la désindustrialisation et la destruction de l'agriculture en France.

 

F - Social

 

  • Revoir les modalités d'indemnisation du chômage afin de favoriser un retour vers l'emploi.
  • Créer un contrat 1ère embauche pour les jeunes.
  • Expliquer plus clairement la dette de la France : pourquoi et les solutions pour s'en sortir.
  • Augmenter les revenus, le SMIC et les pensions pour que le reste-à-vivre soit décent.
  • Faciliter l'accès à la propriété pour les personnes ayant toujours payé leur loyer sans incident.
  • Rétablissement du quotient familial de la CAF
  • Plus d'aide pour l'installation de panneaux solaires chez les particuliers et pour les entreprises.
  • Renforcer les règles de construction à l'habitat pour des habitations BBC.
  • Indexation des retraites.
  • La retraite minimum pour une personne ayant cotisé pendant 42 ans ne devrait pas être inférieure au SMIC.
Partager cet article
Repost0
13 avril 2019 6 13 /04 /avril /2019 10:44

 

 

 

I- Transition écologique

  1. Transport
  • Favoriser le ferroutage, et le transport par canaux.
  • Favoriser les visio-conférences (éviter les déplacements),
  • Favoriser et inciter le co-voiturage,
  • Aider les entreprises qui favorisent la mutualisation et le partage (véhicules, matériels, etc..)
  • Développer les transports publics entre les communes rurales et le bourg centre.
  • La ruralité n'a pas toujours de transports en commun en alternative à la voiture.
  • Avoir un vrai débat scientifique sur les carburants : un jour le diesel pollue le lendemain il ne pollue plus, électricité oui mais quid de la production électrique ?

 

B- Taxes

 

  • Taxation des camions étrangers,
  • Remise en place des portiques écotaxes ou paiement d'une vignette.
  • Taxer les bateaux de croisière, les aéroports, les avions.
  • Affecter une part de la taxe carbone aux collectivités pour financer des projets locaux d'économie d'énergie.
  • Projet d'interdiction des chaudières à fuel : qui va payer les nouvelles chaudières, quel combustible pourra être utilisé en milieu rural, pas de réseau gaz, alors l'électricité, est-ce plus écologique ?
  • Quel avenir pour les centrales nucléaires ?

 

C- Agriculture, alimentation et bio

 

  • velopper les circuits courts.
  • Promouvoir les repas bio et les circuits courts dans les restaurants scolaires.
  • Reconquête de la biodiversité, planter des haies autour des parcelles agricoles.
  • Faire du maraîchage autour des villes, préempter les terres par les communes.
  • Arrêter le glyphosate, pesticide et fongicide qui entraînent une destruction de l'écosystème : après la disparition des insectes s'amorce celle des oiseaux.
  • Développer l'agriculture de conservation au détriment de l'agriculture intensive qui épuise les sols.
  • Consulter des scientifiques indépendants, non soumis à des lobbies.
  • Mieux aider les agriculteurs à la conversion pour une agriculture biologique.
  • Éviter l'importation de viande, privilégier les viandes d'élevage français.
  • Éduquer la population à mieux s'alimenter, à n'acheter que le nécessaire, à cuisiner les produits locaux. Eviter au maximum le gaspillage.
  • Éduquer à une meilleure hygiène de vie pour éviter les dépenses de santé.
  • Interdire l'élevage et les lâchers d'animaux pour la chasse

 

D- Divers

 

  • Réduire le nombre de centrales nucléaires.
  • Développer les énergies renouvelables.
  • duire les emballages des produits, notamment ceux non recyclables.
  • Remettre en place le système de consigne pour les bouteilles en verre.
  • Privilégier la solution zéro déchets par la distribution de produit en vrac avec des contenants pérennes appartenant aux consommateurs.
  • Subventionner l'habitat de construction écologique.
  • Porter une attention particulière au gaspillage d'eau, 
  • Anticiper par de l'apprentissage de bonnes pratiques.
  • Développement des petites unités de méthanisation et organiser une collecte de déchets pour les méthaniseurs afin d'éviter la trop forte mobilisation de surfaces agricoles.
  • Revoir le traitement des eaux usées qui peuvent toujours contenir des métaux lourds après traitement.
  • Participer à la protection de la forêt amazonienne.
  • Former les enfants à l'écologie.
  • Adosser à la constitution une charte de la protection animale reconnaissant les responsabilités de l'état et des citoyens à l'égard des animaux.
Partager cet article
Repost0
1 février 2019 5 01 /02 /février /2019 17:12

 

Voici un article de l'Est Républicain du 31 janvier 2019 qui définit bien pourquoi et comment il faut aborder la fonction de maire aujourd'hui et demain. Tout à fait d'accord avec l'article et content de voir qu'on n'est pas seul à penser la même chose.

 

 

Le Salon des décideurs de l'espace public du Grand Est qui s'est ouvert mercredi 30 janvier pour trois jours à Metz Expo, accueillait hier la convention des maires ruraux. Mais les conditions climatiques ont considérablement réduit les effectifs. Attendus de tout le Grand Est, pour préfigurer une associa­tion régionale qui verra le jour probablement après les municipa­les de 2020, de nombreux élus ont renoncé à faire le déplacement.

 

 

Michel Foumier, maire de la com­mune de Les Voivres dans les Vosges et vice-président de l'Asso­ciation des maires ruraux de France ne s'est pas découragé Ce n’est pas le genre. Il est au cœur de son cinquième mandat, soit trente années passées à la tête de ce village de 315 habitants.

 

 

« Des doutes parfois, mais jamais de regret », assure-t-il. Si c'était à refaire, il le referait. Pour durer dans cette fonction, le maire doit « avoir en tête l'ingratitude totale vis-à-vis de ce qu'il fait ». L'insa­tisfaction de l'administré est une règle intangible. « Si tu passes ton temps à te dire que les critiques qui te sont faites sont injustes, alors ce n'est pas la peine, il faut raccrocher », poursuit-il. Le maire rural fait «de la politique au quotidien » non pas pour une obscure stratégie de parti politi­que, mais « parce qu'au jour le jour tu composes, tu décides, tu gères et tu dois considérer ceux qui ne t'aiment pas comme tu le fais pour tes meilleurs amis ».

 

 

Investissement « total »

 

Devenir maire c'est répondre « à une envie de rendre service » intervient Jean-Marie Mizzon, sénateur et président de l'Associa­tion des maires ruraux de la Mo­selle. « Il ne faut pas oublier l'ego c’est-à-dire la satisfaction person­nelle de son parcours de vie » approfondit Michel Foumier. L'investissement est important, « total » surenchérit le maire de Les Voivres.

 

Les deux élus insis­tent sur des délais d'instruction des dossiers qui se sont considé­rablement allongés et complexi­fiés en raison de l'accumulation des procédures et des normes. Jean-Marie Mizzon est formel, « les maires ruraux se sont approprié le grand débat, beaucoup organisent, d'autres ne font rien car dans une petite commune le débat est permanent. »

 

P.R.

Est républicain du 31 janvier 2019

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2019 4 17 /01 /janvier /2019 16:51

 

Les sondages nous disent qu’un maire sur deux n’aurait pas l’intention de se présenter à nouveau en 2020. Désabusés, fatigués, …

 

Pour notre commune, tout n’aura pas pu être fait dans ce mandat à cause des lenteurs, des freins aux projets, ... Des projets sont en cours de préparation qui ne pourront se réaliser qu’après 2020, et d’autres projets ont émergé en cours de mandat.

 

Je repartirai avec ceux et celles qui se sentent la force et l'envie de repartir avec moi, avec ceux ou celles qui me rejoindront lorsque je les solliciterais ou avec ceux ou celles qui me demanderont d'intégrer la nouvelle équipe pour servir le citoyen.

 

 

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2019 4 17 /01 /janvier /2019 16:39

 

Dans quel état d’esprit le maire est-il ?

Vous avez certainement entendu le ras le bol des maires de France, de ceux qui démissionnent en cours de mandat ou qui ne se représenteront pas.

 

Le nombre de changement de maires est exceptionnellement important, tout particulièrement au sein des communes rurales. Incontestablement, les maires rencontrent un véritable phénomène de lassitude. Le ras le bol vise autant un état central que des intercommunalités surdimensionnées ou encore des citoyens irascibles qui manquent de reconnaissance. 4% des maires de Meuse ont démissionné de leur mandat.

 

Le maire a-t-il des doléances à formuler ? Certainement mais il ne le fera pas dans le cahier des doléances ouvert en mairie depuis plusieurs semaines pour que tout un chacun puisse s’exprimer dans ce ras le bol général.

Le maire, c’est le shérif du quotidien, même si cela ne se voit pas :

  • le pire, les crottes de chien : faut-il remplacer l’herbe par du béton ? Faut-il verbaliser ?
  • la divagation des animaux
  •  le stationnement devant les portes de garage, sur les emplacements minutes, ..
  • Les infractions au code de la route : stop, priorités à droite,
  • Cimetière : propreté dont se défaussent certains pensant que c’est à la commune d’entretenir la tombe familiale
  • Frapper à ma porte le soir ou le WE pour réparer ce qui ne fonctionne plus, ou être réveiller par une alarme en pleine nuit
  • Téléphoner à la maison pour faire rétablir l’électricité qui a été coupée moins de 5 min auparavant
  • Et d’autres sollicitations encore

 

Il faudrait que le maire soit sympa avec tout le monde (il essaye de l’être), et qu’il règle tous les problèmes dans le sens du demandeur qui ne voit que son intérêt et/ou méconnait les lois et règlements qui s'appliquent à tous. Les responsabilités du maire sont parfois fortes. Heureusement que je crois en ma bonne étoile.

 

Avec tout cela, ne serais-je pas écœuré ou lassé ? Et bien non parce qu’il y a toujours une satisfaction lorsqu’un projet aboutit, lorsque les personnes nous disent du bien sur ce que nous réalisons, lorsque les gens nous remercient pour les attentions que nous avons (colis aux anciens, étrennes, cadeaux même à nos ados), lorsque je suis remercié pour un service que j’ai pu rendre.  

 

Je ne suis pas de ceux qui s’arrêtent avant la fin de leur mandat parce que la charge est devenue trop lourde, les contraintes de plus en plus nombreuses, parce que rien ne va comme on le souhaite, parce que tout fonctionne au ralenti, parce que l’on n’écoute plus les maires et qu’ils doivent trop souvent se débrouiller seuls. Lorsque je m’engage, je vais jusqu’au bout : c’est un contrat moral passé entre moi et mes électeurs, un devoir à assumer.

 

  • Je serai donc là jusqu’au bout du mandat.

 

Extrait du discours des vœux du maire du 11/01/2019.

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2019 2 15 /01 /janvier /2019 17:50

N'ayant pas d'informations officielles, je suis parti à la chasse aux informations sur internet.

Sachant que le grand débat devait bénéficier d'un site, j'ai lancé une recherche "granddebat.fr"

 

Surprise !!! Voilà sur quoi l'on arrive :

Site du grand débat piraté ?

Et lorsque vous cliquez sur la poubelle, vous arrivez sur le site officiel que l'on peut atteindre directement mais avec https://granddebat.fr/

 

Pour l'instant rien sur la plateforme du Grand Débat National, sauf à entrer votre adresse électronique pour être informé de l'ouverture de la plateforme.

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2018 3 12 /12 /décembre /2018 17:18

 

Un cahier de doléances et de proposition est à disposition des habitants à la mairie aux heures d'ouverture pour favoriser la parole de nos concitoyens depuis le samedi 8 décembre jusqu'au 15 décembre.

 

Concrètement, l'information recueillie par la mairie remontera à l’Association des Maires Ruraux de France sans prendre parti, sans juger, sans contredire…

 

Cette initiative permet de :

 

- Donner la possibilité aux citoyens d’exprimer leur opinion, qu’ils se reconnaissent ou non dans la mobilisation des mouvements plus ou moins organisés en facilitant l’expression de celles et ceux qui sont empêchés (exclusion numérique, analphabétisme, etc...) ;

- Permettre aux habitants ruraux, qui n’auraient pas à proximité d’eux une « mairie ouverte », de s’exprimer en les accueillant dans les communes participantes ou en informant les citoyens de la possibilité d’écrire directement à l’adresse mail suivante : samedi8decembre@amrf.fr ;

- Transmettre les doléances et propositions à l’association départementale de maires ruraux et à l’AMRF pour en faire une synthèse départementale et la diffuser au Gouvernement et au Parlement et aux médias ;

 

- Par ailleurs, l’AMRF a ouvert en partenariat avec la plateforme citoyenne FluiCity un espace dédié à l’action #mairieouverte accessible sur https://www.flui.city/amrf/projects/29009-vos-doleances-vos-propositions

 

Le maire est un interlocuteur de confiance

 

Que les communes, premiers échelons clés de notre pays, jouent ce rôle prouve, s’il le fallait, que l’avenir de notre pays se construira avec elles et qu’il convient dès à présent de les renforcer dans leurs compétences et leurs moyens.

 

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2018 3 12 /12 /décembre /2018 16:52

 

Je ne m'étais pas trompé en disant que dans la crise des gilets jaunes, on ferait appel aux maires pour calmer le jeu. Encore du travail supplémentaire pour les maires, comme s'il n'y en avait pas assez, que je ferai malgré tout volontiers en espérant que cela apporte quelque chose à nos concitoyens.

 

Voici un extrait d'un article de l'Association des Maires de France. Cirage de pompe sur le savoir faire des maires et promesse d'une carotte pour la fiscalité locale. Juste ce qu'il faut pour nous amadouer. Mais ce que les étages supérieurs de la hiérarchie institutionnelle devrait comprendre, c'est qu'un maire de base comme je le suis, s’intéresse davantage aux moyens d'obtenir de meilleures conditions de bien-être pour ses concitoyens, plutôt qu'aux belles paroles.

 

 

S’appuyer sur les maires


Sur l’organisation de ce débat national, Édouard Philippe s’est montré, hier, plus disert. Interrogé par Thierry Benoit (Ille-et-Vilaine, UDI) et Olivier Falorni (Charente-Maritime, Libertés et territoires) sur ce sujet, Édouard Philippe a confirmé que les maires y joueront un rôle central. « Il convient de s’inspirer de ce que connaissent tous les élus locaux, notamment les maires : la possibilité, à intervalles réguliers, de nourrir un débat avec ceux qui veulent y participer. Cela se passe souvent très bien dans les communes, petites ou grandes. » Le Premier ministre a visiblement bien accepté l’idée – répétée ces derniers jours par les associations d’élus – selon laquelle les débats ne devront pas se faire sous l’égide des préfets : le débat « ne doit pas être organisé par les préfets, dans les préfectures. J’ai le souvenir de débats qui, en ce sens, n’avaient pas été des réussites. »


Il a répété que « les maires (sont ceux) qui connaissent le mieux les conditions d’organisation d’un débat de bonne qualité », et que ceux qui le souhaiteront seront « accompagnés dans la démarche ».


Interrogé par Thierry Benoit sur sa volonté de « retisser les liens de confiance en mettant autour de la table la France des territoires, les parlementaires, les maires, les élus territoriaux… », Édouard Philippe a abordé la question des finances locales. Il a rappelé que le gouvernement était « disposé à discuter des transformations de la fiscalité locale (…) et prêt à ouvrir la question redoutablement délicate des dotations. » « Ce débat est nécessaire, nous y sommes prêts. Il a même déjà commencé, dans de bonnes conditions », a conclu le Premier ministre.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2018 5 07 /12 /décembre /2018 10:48

En gros, on demande aux maires de s'associer à la recherche de "solutions" dans la crise des gilets jaunes.

 

Depuis des années, l’État n'entend pas les doléances des maires si bien qu'ils ne les font plus remonter. Lorsque les maires ont besoin de "l’État", il est souvent sourd ou retranché derrière une pléthore de règlements. Mais il sait faire appel aux maires lorsqu'il s'agit d'éteindre les incendies.

 

Dans cette crise, prévisible depuis au moins deux ans, et si on me le demande, je mettrai une salle à disposition des gilets jaunes s'ils souhaitent se réunir, concrétiser leurs demandes et créer une association.

Demain samedi 8 décembre de 9 h à 12h.

 

A priori, je n'ai pas à participer aux débats en tant que maire et même si le citoyen aurait aussi à s'exprimer. Je leur souhaite une réflexion positive et réaliste car je constate à partir de la liste des récriminations souvent légitimes des gilets jaunes, une méconnaissance parfois profonde des responsabilités à imputer et des conséquences. Comme a dit le sous-préfet lors de l'entrevue du 4 décembre, il faut mettre les demandes dans un ordre de priorité.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2018 5 19 /10 /octobre /2018 09:29

 

Un dessin tiré du Bulletin des Elus Locaux d'octobre 2018.

Un peu d'humour

Même si ...

Les maires de France sont à bout. Face aux baisses des dotations de l'Etat, ils sont de plus en plus nombreux à renoncer à leur mandat avant son terme. Depuis l'élection d'Emmanuel Macron, près de 400 maires ont déjà démissionné. Les maires ruraux sont particulièrement concernés : ils sont 80 % des maires démissionnaires.

 

Personnellement, pas de démission à l'horizon. J'ai pour habitude d'aller jusqu'au bout de mes engagements. J'ai encore des projets pour l'avenir et cela est enthousiasmant de les mener à termes, même si l'on sait que leur réalisation prendra du temps, surtout en raison de contraintes administratives diverses et variées. De plus, nous ne sommes pas dans une situation financière critique comme certaines communes. Il ne fallait pas non plus être grand devin pour se douter que les ressources des communes allaient baisser sans forcément savoir comment. Maintenant on connait quelques causes : baisse des dotations, perte de revenus par transfert des zones d'activités aux intercommunalité, ...

 

Ce qui n'empêchait pas d'anticiper dans la recherche de ressources nouvelles. C'est ce que la commune a fait en négociant des conditions financières très favorables avec la carrière Novacarb (et qui amortissent les baisses de revenus actuelles), il y a plusieurs années de cela. Mais aussi en développant aussi son parc locatif, source de revenus non négligeables. En gérant la commune en bon père de famille, mais aussi comme une entreprise.

 

Et sans avoir besoin d'augmenter le taux des taxes.

 

Je ne fais pas partie des maires découragés. Surtout lorsqu'on me dit qu'il est agréable de vivre à Pagny et que l'on exprime sa satisfaction pour les réalisations communales au bénéfice de notre population.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog du maire de Pagny sur Meuse
  • : Mon quotidien et le reste, en fonction du temps disponible, de l'humeur et de ce qui peut être écrit.
  • Contact

Recherche

Liens